Les étudiant-e-s parents. Enquête sur la norme de jeunesse dans l’enseignement supérieur français

Thèse de doctorat en Sociologie - Science Po Paris
Par Aden GAIDE
Sous la direction de Agnès van Zanten
et la co-direction de Anne Revillard
Année de soutenance 2020

Résumé

Français Anglais
Qui sont les 4,4% d’étudiant-e-s qui sont parents en France ? Comment expliquer leur situation a priori paradoxale, à la fois jeunes (car étudiant-e-s) et adultes (puisque parents) ? À partir d’une pluralité de matériaux (80 entretiens semi-directifs avec des étudiant-e-s parents, une étude de cas, des sources écrites et l’exploitation de l’enquête OVE 2016), cette thèse adresse ces questions en trois volets complémentaires : les politiques publiques visant les étudiant-e-s parents, leurs parcours et leur quotidien. L’analyse met au jour une norme de jeunesse produite par la politique de l’enseignement supérieur et les établissements. Cette norme assigne aux étudiant-e-s une place de jeunes et non d’adultes, ce qui engendre le paradoxe des étudiant-e-s parents. L’étudiant pris comme modèle pour élaborer les politiques de l’enseignement supérieur et les modalités d’enseignement au sein des établissements est un étudiant jeune : financièrement dépendant, disponible à plein temps pour ses études et placé sous l’autorité des enseignant-e-s. Face à cette norme, les étudiant-e-s parents se situent dans des configurations hétérogènes qui leur permettent de correspondre plus ou moins bien aux attentes du supérieur, malgré leurs responsabilités familiales. Les pères étudiants issus de classes supérieures atteignent plus facilement la trajectoire linéaire valorisée car ils ont les moyens matériels d’y correspondre. Cette réussite repose largement sur l’exploitation de leur conjointe qui prend en charge le travail domestique, le travail de {care } et la charge mentale.
Only 4.4% of French students are parents: who are they? From a French perspective, their situation is paradoxical because they seem both young (as students) and adults (since they have the responsibility of a child or several children). This paradox is addressed thanks to a mixed method analysis using 80 semi-structured interviews with student parents, a case study, several archives and the secondary analysis of the OVE [Observatoire de la Vie Etudiante] 2016 database. The thesis focuses on three facets of being a student parents: public policies since the 1950s, student parents' social path and their everyday life. The analysis reveals that higher education public policies and administrations produce a youth norm, which assigns students to youth and thus creates the paradox of student parents.