Le principe d’égalité hommes-femmes en République Tunisienne de Bourguiba à Ben Ali

Thèse de doctorat en Science politique - Université Bordeaux Montaigne
Par Jihene MASTOUR
Sous la direction de Daniel Bourmaud
et la co-direction de Frédérique Rueda
Année de soutenance 2019

Résumé

Français Anglais
Les recherches menées dans cette étude se situent dans le cadre de l’analyse du volontarisme étatique dans l’accélération du processus d’égalité entre les femmes et les hommes. Notre postulat de départ est que l'émancipation de la femme en Tunisie émane d'une volonté politique impulsée depuis le haut par le pouvoir tunisien par le biais d’une réforme juridique. Nous défendons l’idée selon laquelle le rapport entre l’État et la question féminine en Tunisie demeure indissociable. La libération des Tunisiennes ayant été portée par le dirigisme étatique dans le cadre d’un régime de type autoritaire, il nous a semblé important de chercher à comprendre et à expliquer les paradoxes de ce projet autoritaire de modernisation ainsi que les dynamiques sociales et les tensions qui en résultent. Notre réflexion s’est constituée autour d’un deuxième axe, à savoir le rapport complexe qu’entretient le régime autoritaire tunisien avec la question féminine. Nous avons ainsi émis l’hypothèse que les raisons de l’engagement du régime dépassent la simple émancipation des femmes ou l’instauration d’une égalité entre les sexes pour s’inscrire dans une logique de contrôle, de répression, et dans un rapport clientéliste. Cette partie constitue une critique du féminisme d’État en Tunisie et de la manière avec laquelle il monopolise la question féminine. Nous en sommes venus à analyser la monopolisation de la cause féminine par le régime tunisien ainsi que les réactions et/ou les mobilisations des femmes et leur opposition à cette politique féministe autoritaire.
The research conducted in this study is part of the analysis of state voluntarism in accelerating the process of equality between women and men. Our starting postulate is that the emancipation of women in Tunisia comes from a political will, driven from the top by the Tunisian power through a legal reform. We are defending the idea that the link between the state and the women's issue in Tunisia remains inseparable. The liberation of Tunisian women has been directed by state as part of an authoritarian regime, therefore we thought it was important trying to understand and explain the paradoxes of this authoritarian project of modernization along with social dynamics and tensions resulting from it. Our reflection was built around a second approach, that is the complex link between the Tunisian authoritarian regime and the women’s issue. We thus hypothesized that the reasons for the regime's commitment go over the simple emancipation of women or the establishment of gender equality in order to fit into a logic of control, repression, and in a clientelist relation. This part forms a criticism of the state feminism and of the way it monopolizes the women’s issue. We finally analyzed how the Tunisian regime monopolize the women's cause and we studied the reactions and / or mobilizations of women as well as their opposition to this authoritarian feminist policy.