La prise en compte de l’approche genre au sein des stratégies, des politiques et des programmes de développement dans les secteurs de la santé et de l’éducation. Le cas de la Suède

Thèse de doctorat en Démographie - Université Paris Descartes
Par Serge RABIER
Sous la direction de Yves Charbit
Année de soutenance 2015

Résumé

Français Anglais
Les questions de genre, de santé et droits sexuels et reproductifs et de développement ont depuis plus de deux décennies pris une place grandissante à la fois chez les théoriciens et les praticiens du développement, chercheurs, institutions nationales et internationales, organisations non gouvernementales et experts des agences de développement. La Suède a joué un rôle déterminant dans l'évolution de cet agenda global. Parmi les plus grands contributeurs d'Aide Publique au Développement, la Suède est le pays qui a le plus intégré les perspectives de genre et de droits au coeur de son dispositif d'aide internationale. Le cycle des grandes conférences onusiennes des années 1990, qui font de l'égalité femmes- hommes à la fois une condition et un moyen pour atteindre un développement humain durable a été l'occasion pour la Suède de s'affirmer comme une puissance d'influence de premier ordre. L'examen des facteurs déterminants dans l'histoire suédoise (références culturelles, politiques, sociales) ainsi qu'une lecture critique des textes fondateurs depuis 1994 (déclarations politiques, lois, documents stratégiques et de communication, évaluations programmatiques) mettent en valeur l'apport original de l'aide publique suédoise qui, au-delà de la dimension massive de son volume, révèle le caractère fondamentalement anthropologique et politique du développement et rappelle que la mondialisation ne saurait ignorer le questionnement croissant autour des inégalités, en particulier genrées.
For the last twenty years, Gender, Sexual and Reproductive Health and Rights and Development issues have been at the heart of a growing trend of interest from both development thinkers and practitioners, researchers, international and national institutions, non governmental organisations, and experts from development agencies. Sweden has played a key role in the evolution of this global agenda. Among the major Overseas Development Assistance contributors, Sweden has proven to be one of the "like-minded" countries, which has integrated the gender perspective and the rights perspective at the very heart of its ODA mechanisms. The cycle of 1990's UN conferences, which has promoted gender equality as both a condition and a mean to achieve a sustainable human development was the occasion for Sweden to take a clear leadership as an influential "soft power". The analysis of decisive factors in the Swedish history (cultural, political and social references) as well as a critical reading of founding documents since 1994 (political statements, bills and laws, strategic/planning and communication papers, program evaluations) shows the original contribution of Swedish ODA, which beyond its remarkable amount, reveals the anthropological and political fundamentals of development and recalls that globalisation should not ignore the growing demands around inequalities, in particular gender inequalities.