La poétique de la lettre au féminin selon Virginia Woolf et Marguerite Yourcenar

Thèse de doctorat en Littérature comparée - Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Par A'icha Ashraf KATHRADA
Sous la direction de Carole Ksiazenicer-Matheron
et la co-direction de Bruno Blanckeman
Année de soutenance 2019

Résumé

Français Anglais
Cette thèse vise à étudier la lettre comme un objet littéraire, par une perspective endogène, dans sa relation avec l’œuvre, alors même qu’elle s’en distingue. Par une approche comparatiste, les liens entre une production littéraire et une production épistolaire, qui créent une poétique de la lettre au féminin, sont analysés. Pour cela, les notions de genre et de gender ont été confrontées dans le corpus choisi : les lettres de Virginia Woolf (1882-1941) et celles de Marguerite Yourcenar (1903-1987). Elles incarnent deux auteures majeures, mais leurs lettres ont été peu étudiées dans leur ensemble. Ces lettres révèlent un questionnement sur la forme et le style, alors que la question du féminin, par le statut de la femme auteure, se greffe à l’analyse. Une résonance se crée entre l’œuvre et la correspondance de ces deux femmes, qui pourtant se distinguent. En repoussant les limites du genre canonique, la lettre est donc envisagée comme un objet au statut ambigu, une zone intermédiaire, qui longe et trouble l’œuvre, qui se fait poétique par le discours de la femme auteure, et par le processus créatif qui se mêle à l’écriture épistolaire. À partir de cette problématique, le corps de la lettre est tracé en trois orientations : la première se focalise sur le discours de la femme de lettres au sein de la correspondance, la deuxième sur la méthode d’application scripturale et la troisième sur l’invention d’un style.
The aim of this thesis is to explore the medium of letters as literary objects, using an endogenous perspective, and taking into account their relationship with the literary work. Through a comparative analysis, this thesis seeks to explore the links between a literary and an epistolary production, which create a feminine poetics of letter writing. Thus, the concepts of genre and gender are explored in the letters of Virginia Woolf (1882-1941) and those of Marguerite Yourcenar (1903-1987). Though they represent two major writers, not all of their letters have been studied. They reveal a concern for form and style, as well as for the feminine and the status of the woman writer. The letters echo the work of art of the two women writers despite their differences. The frontiers of literary genre are hence disregarded and this study considers the ambiguous nature of the letters, as an intermediate area, which runs along the literary work and disrupts it. Therefore, epistolary writing provides a form of poetics through the voice of the woman author and through the creative process that is involved. As a consequence, the study of the letters is threefold: first, it explores the way the woman of letters uses the epistolary genre to construct her identity. Second, it focuses on the method used in the letters, between the self and the other, between writing, reading and creating. Finally, it examines the letters as a space of style experimentation.