La déportation des femmes depuis la France par mesure de répression (1940-1945)

Thèse de doctorat en Histoire - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Par Philippe MEZZASALMA
Sous la direction de Henry Rousso
Année de soutenance 2019

Résumé

Français Anglais
Près de 9000 femmes ont été déportées depuis la France par mesure de répression vers l’Allemagne nazie de 1940 à 1945. La thèse propose de restituer leur histoire mal connue, dans une perspective comparative avec les déportées d’autres nationalités (Polonaises, Russes ou Tchèques) mais aussi avec les déportés masculins depuis la France. Elle permet de dresser un panorama déterminant qui elles étaient, résistantes actives, sympathisantes, mais aussi raflées ou détenues de droit communs, confondues dans une même vision idéologique de l’ennemi par l’occupant nazi. Il s’agit d’une première synthèse de leur histoire, de leur engagement pour les résistantes, ou de leur arrestation pour les autres, jusqu’au retour en France. La chronologie de leur déportation, la singularité des parcours de répression permet de comprendre aussi la place particulière prise par les déportées de France dans l’univers concentrationnaire. Enfin cette analyse propose une lecture genrée permettant de mieux comprendre les spécificités de la déportation des femmes, et ce qu’elle apporte à l’histoire générale de la déportation.