Dressing down and rising up : genre(s) et politique(s) vestimentaires aux Etats-Unis (1945-1970)

Thèse de doctorat en Etudes anglophones - Université de Perpignan Via Domitia
Par Élodie CHAZALON
Sous la direction de Frédéric Monneyron
Année de soutenance 2011

Résumé

Français Anglais
Ce travail se propose d’étudier les représentations de la femme américaine et de la mode, ou, plus largement, selon son sous-titre, les genres et politiques vestimentaires aux États-Unis de 1945 à 1970. Le corpus s'articule autour de l'iconographie et du discours de la presse américains et permet d'explorer le sujet sous les angles historiques, iconographiques, et sociologiques. La problématique envisagée postule que les femmes sont pensées, dessinées, photographiées, écrites et décrites par les hommes, même quand le dessinateur/caricaturiste, le photographe ou le journaliste est une femme, ce qui n'est d'ailleurs pas toujours spécifié. Cette supériorité du masculin se manifeste dans l'établissement d'une norme féminine, construite à partir de modèles féminins, qui s'appuie sur des justifications de genre et qui est récurrente sur toute la période. La mode cristallise ces modèles, stigmatisant tout écart. Des alternatives à la norme voient cependant le jour, mettant en lumière certaines réflexions qui seront à la base du constructionnisme et des {Gender studies}, et confirmant la légitimité sociale de la mode et du vêtement.
Dressing Down and Rising Up : Gender and the Politic(s) of Dress in the United-States (1945-1970) The purpose of this dissertation is to study the representations of American women and fashion, and, as put in the subtitle, to study gender and the "politics" (or uses) of clothing in the United States from 1945 to 1970. Through the analysis of images and texts drawn from the American press of the time, the topic is analyzed through historical, social and aesthetic perspectives. The work shows that women are thought, drawn, photographed, written and described through a masculine point of view. The superiority of the masculine over the feminine is conveyed in the elaboration of a feminine norm. This norm, built on feminine models, permeates the period of study and is built on gender. Fashion imposes these feminine models, and any deviation from the norm is stigmatized. However, alternatives appear which enhance some of the arguments that will be at the core of constructionist theories and gender studies, hence asserting the social legitimacy of fashion and clothes.
Mots clés
Etats-Unis , Mode , Vêtements