Des autrices dramatiques parisiennes dans l’espace public du XIXᵉ siècle (1789-1914)

Thèse de doctorat en Études théâtrales - Université Lumière Lyon 2
Par Julie Rossello-Rochet
Page personnelle
Sous la direction de Bérénice Hamidi-Kim
Année de soutenance 2020

Résumé

Français Anglais
Le XIXᵉ siècle correspond en France au temps de l’avènement républicain et à celui de l’affirmation d’une démocratie libérale et laïque, appuyée sur deux piliers principaux : le suffrage universel masculin et l’affirmation des libertés rendant possible l’exercice démocratique. La République exclut pourtant, à la fin du siècle, les populations nouvellement intégrées à l’Empire colonial et toutes les femmes. Malgré leur absence de citoyenneté civique (pas le droit de voter, de se faire élire et donc de représenter ou de se faire représenter, ni le droit de défendre en étant avocate), des femmes exercent, par le biais d’œuvres de l’esprit, notamment théâtrales, leur liberté de conscience et leur liberté d’expression proclamées par les articles 10 et 11 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789. À partir de vingt-deux cas d’autrices dramatiques ayant eu à Paris des pièces représentées entre 1789 et 1914, est explorée la façon dont elles utilisent le théâtre comme une tribune et/ou un barreau, un espace de prise de parole propice à alimenter le débat, à mobiliser l’opinion et à demander justice. La représentation théâtrale leur confère un pouvoir de politique symbolique qui participe de leur agentivité politique. Des femmes contribuent ainsi, sous la première ère démocratique, à la formation de l’espace public.
The 19th century in France saw the advent of the Republic and the assertion of a liberal and secular democracy underpinned by two main cornestones : the vote for all men and the assertion of freedoms enabling individuals to engage in political life within a democracy. At the end of the century, this political regime still excluded populations newly integrated into the colonial Empire and all the women. In spite of her absence of citizenship (not the right to vote, to be elect and represent or to be represented, not the right to defend while being lawyer), women had exercised by work of the mind, especially theatre, their liberty of conscience and their liberty of expression proclaimed by the points 10 and 11 of Declaration of the Rights of Man and of the Citizen (1789). From twenty-one cases of women playwrights to be plays staged in Paris enter 1789 and 1914, it had examined the way of she had used theatre like a rostrum and/or a Bar, a space where to speak a talk to sustain the discussion, to rally public opinion and to demand justice. The theatre show their confered a power of symbolic politic to pertain to their politic agency. At the first democratic time, women had that way contributed to lifetime of the public sphere.