Co-écriture fille-garçon en symétrie. Une ingéniérie didactique coopérative pour concrétiser l’égalité des sexes en CP

Thèse de doctorat en Sciences de l’éducation - Université Rennes 2
Par Murielle GERIN
Sous la direction de Monique LOQUET
et la co-direction de Anke WEGNER
Année de soutenance 2020

Résumé

Français Anglais
Si l’égalité de droit entre les femmes et les hommes semble en voie d’être achevée, l’égalité de fait n’advient pas mécaniquement. Partant de travaux sociologiques en études sur le genre, cette recherche didactique fait le postulat suivant : l’égalité entre femmes et hommes émerge d’une reconnaissance mutuelle femmes-hommes de leurs égales puissances d’agir. En outre, une reconnaissance mutuelle filles-garçons dans le savoir, autrement dit une reconnaissance épistémique filles-garçons, dès le plus jeune âge et en continu, favorise cette reconnaissance mutuelle femmes-hommes aux âges ultérieurs. L’étude pose la question suivante : quelles conditions didactiques sont propices à une reconnaissance épistémique filles-garçons en lire-écrire ? Le cas étudié concerne l’écriture d’une histoire inventée en binôme mixte au CP. Il s’inscrit dans le cadre de la théorie de l’action conjointe en didactique, et s’appuie sur des travaux en philosophie de l’égalité à côté du genre. Pour comprendre la pratique et l’améliorer, la recherche met en œuvre une méthodologie de l’ingénierie didactique coopérative. La thèse comprend deux parties. La première propose un arrière-plan épistémologique où la concrétisation de l’égalité des sexes est pensée dans les situations didactiques à partir de la reconnaissance épistémique fille-garçon. La seconde donne à voir le déroulé de l’ingénierie : Co-écriture fille-garçon en symétrie au CP. Par une validation interne des variables de l’ingénierie, l’étude révèle comment le collectif professeur·e·s-doctorante parvient à inventer un dispositif, la Bande-brouillon, propice à l’émergence de signes de reconnaissance épistémique fille-garçon en écriture au CP.
Whilst the equality of rights between women and men seems to be on the way to being achieved, equality in practice does necessarily follow course. Based on sociological work in gender studies, this didactic research is based on the following premise : equality between men and women emerges from a mutual recognition between men and women of their equal power to act. Moreover, a mutual recognition between boys and girls in knowledge, in other words an epistemic boy-girl recognition from an early age and thereafter, favours a mutual recognition between men and women at later ages. The study explores the following question : what didactic conditions are conducive to an epistemic boy-girl recognition in reading and writing? The case studied concerns the writing of a story invented in mixed pairs in first grade. It is analysed from the framework of the theory of joint action in didactics, and is based on work in the philosophy of equality from Fraisse. To understand and improve the practice, this research implemented a methodology of cooperative didactic engineering. The thesis is composed of two parts. The first part presents the epistemological background to the study where the concretisation of gender equality is considered in didactic situations, starting with the epistemic boy-girl recognition. The second part shows the development of the study’s didactic engineering : Boy-girl co-writing, in symmetry, in first grade. Through an internal validation of engineering variables, the study reveals how the professors-searcher group manages to invent a device, the draft-band, which is conducive to the emergence of signs of epistemic recognition of boy-girl writing in first grade.