La « mus(e)ificazione » entre écriture de soi et littérature contemporaine

Publié le 15 novembre par Héloïse Humbert

Écritures, n°12, Monica Battisti (dir.), Presses Universitaires de Paris Nanterre, 2021

Qu’advient-il lorsqu’une femme, avec sa personnalité propre, se transforme en muse littéraire ou artistique, sinon en musée (son dérivé linguistique) ? Comment ce processus de mus(e)ificazione apparaît-il chez l’écrivain ? Et quel regard pose la muse, souvent femme de lettres ou artiste elle aussi, sur elle-même ou sur son « maître » ? Comment la forme épistolaire ou d’autres types d’écriture de soi, ou encore les arts figuratifs, participent-ils à la construction ou à la déconstruction de ces regards ?

Ce numéro thématique livre de nouveaux éclairages sur ces questions, tout en abordant les différentes implications du concept de « muse », l’émergence de la subjectivité féminine à travers l’écriture et le rapport entre biographie et fiction. En analysant le processus qui allégorise les femmes ou en déconstruisant leur rôle allégorique dans la production littéraire et l’imaginaire culturel contemporains italien et français, il redonne vie à ces personnalités souvent mises en sourdine, occultées par leur statut et leur rôle allégorique, par leur représentation ou par un choix personnel – comme Vénus le fit pour Galatée, la statue sculptée et aimée par Pygmalion.

- Consulter le sommaire et acheter la revue en ligne