Recrutement : chercheur.e post-doc dans le cadre du projet "Genre et esthétique du vélo"

Publié le 23 septembre par Héloïse Humbert

Le Laboratoire Architecture et sciences humaines (Sasha) de l’Université libre de Bruxelles recrute un.e chercheur.e post-doc à 0.75 ETP (potentiellement à temps plein) dans le cadre du projet de recherche FNRS « Genre et esthétique du vélo »

Le chercheur ou la chercheuse intégrera le projet de recherche (PDR) « Genre et esthétique du vélo » porté conjointement par le laboratoire Architecture et Sciences humaines (Sasha) de l’Université libre de Bruxelles et le Centre de recherches et d’interventions sociologiques (CESIR) de l’Université Saint-Louis – Bruxelles en collaboration avec la Structure de recherche interdisciplinaire sur le genre, l’égalité et la sexualité (STRIGES) de l’Université libre de Bruxelles. Le projet est financé par le Fonds de la Recherche Scientifique (FNRS). Le projet interroge le potentiel pour la ville durable des processus de construction de genre liés aux pratiques, équipements et infrastructures du vélo à Bruxelles.

- Équipe de recherche : Sasha – Université libre de Bruxelles
- Lieu : Bruxelles
- Durée de contrat : 24 mois à 0.75 ETP (possibilité d’une bourse temps plein si la personne recrutée est en condition de mobilité – pas plus de 24 mois en Belgique dans les 3 dernières années)
- Date de prise de fonction : janvier 2022
- Date de fin de contrat : décembre 2023

Descriptif du projet

La transition vers une mobilité durable nécessite une meilleure compréhension des processus de construction de genre autour du vélo parce que celui-ci est vecteur de modes de vie durables, mais que les normes liées au genre constituent toujours des freins à son développement. Les recherches sur le genre et la mobilité négligent la dimension sensible des matérialités du vélo autour desquelles se construit le genre, tandis que les approches esthétiques des infrastructures de mobilité ne s’intéressent que peu au genre. Investiguer comment le genre interagit avec l’esthétique dans la construction actuelle des pratiques, équipements et infrastructures du vélo conduit à une meilleure compréhension du potentiel des dynamiques de genre pour le développement de villes durables.

Se concentrant sur les cultures cyclistes émergentes à Bruxelles, la recherche développe une approche multi-échelle originale déployant le concept d’imaginaire pour examiner les multiples matérialités du vélo aux croisements de la sociologie de l’objet et des méthodes visuelles et mobiles. Elle vise une compréhension fine des résonances affectives et sensibles entre infrastructures, environnement, équipements et corps genrés et appréhende leur potentiel d’amélioration.

Sur le long terme, la prise en compte de la dimension esthétique des mobilités permet de dépasser les conceptions immatérielles et désincarnées de la durabilité et déconstruit les approches dominantes qui participent des relations de domination genrées, contribuant par-là à une équité de genre et des villes systémiquement plus durables.

Missions et définition des tâches, profils du/de la candidat.e et informations pratiques disponibles ici : https://genresthvelo.hypotheses.org/68