La violence conjugale, entre vécu et légitimation patriarcale : contribution pour une psychologie féministe

Publié le 10 janvier par Héloïse Humbert

Comment la violence conjugale peut-elle perdurer dans une société qui repose sur un principe d’égalité entre les sexes et produit une législation la condamnant ? Qu’est-ce qui, dans notre contexte culturel et nos mentalités, maintient ces violences malgré la prolifération des discours progressistes ?

Solveig Lelaurain et David Fonte répondent à ces questions à travers quatre enquêtes qui contextualisent la violence conjugale dans un ensemble de normes et de valeurs patriarcales. Ces enquêtes explorent les représentations sociales les plus communes de ce phénomène en vue de mieux comprendre son acceptation et ses conséquences pour les victimes.

Première contribution en langue française à théoriser la violence conjugale depuis la perspective d’une psychologie féministe, cet ouvrage déconstruit les discours psychologisants portés sur les victimes et les agresseurs, mais aussi les idéaux romantiques et les grandes illusions véhiculées par le modèle de la famille hétéronormative.

Un point de vue inédit sur un phénomène qu’il est urgent de mieux comprendre.

À propos des auteurs

Solveig Lelaurain est Maîtresse de conférences en psychologie sociale à l’Université d’Aix-Marseille. Son travail porte sur la légitimation sociale des violences de genre ainsi que sur les obstacles à la recherche d’aide rencontrés par les victimes.

David Fonte est Maître de conférences en psychologie sociale. Responsable du diplôme universitaire « Violences faites aux femmes / violences de genre » à l’Université de Paris, ses recherches portent sur les représentations sociales de la violence masculine.

- Voir l’ouvrage sur le site de l’éditeur