(In)égalités, (In)justices. La valeur des femmes

Publié le 17 janvier par Héloïse Humbert

Appel à articles pour la revue Genesis, revue de la société italienne d’histoire des femmes et du genre.

Anna Bellavitis, Monica Martinat

Les inégalités ont toujours accompagné les sociétés humaines de diverses manières. Elles sont à la base de véritables hiérarchies de richesse, de prestige, d’honneurs, de culture..., mais aussi à la base d’idéologies qui les légitiment ou les condamnent, en général et en particulier.

De nombreux historiens et économistes sont actuellement aux prises avec ce problème, avec un œil sur un passé plus ou moins long et l’autre, central, sur le présent et l’avenir.

Ces textes ont tous en commun une certaine indifférence à l’égard des inégalités entre les sexes, qui, pourtant, même d’un point de vue économique, ont toujours accompagné l’histoire humaine. Ce silence implique, entre autres, une distorsion de la perspective générale des analyses : même l’histoire des chemins vers l’égalité semble ne concerner que l’univers masculin et ne remet pas en cause le fondement et la légitimité de positions analytiques et politiques qui se permettent d’évaluer le monde comme plus ou moins juste, sans tenir compte de l’inégalité substantielle entre hommes et femmes, qui est considérée comme allant de soi au point qu’elle en devient (à nouveau) invisible. La perspective fondée, d’une part, sur le temps long, voire très long, et, d’autre part, sur les aspects (macro)économiques des inégalités unit davantage ces études.

Comment corriger ces perspectives qui semblent sortir une fois de plus les femmes du champ de l’analyse concrète, les privant de toute pertinence pour mesurer le progrès ou la régression des sociétés humaines en matière d’(in)égalité ? Nous sommes confrontés à la reproposition d’une analyse historique qui refuse de prendre pleinement en compte les contributions conceptuelles apportées dans le domaine de l’histoire des femmes et du genre.

L’objectif de ce numéro de Genesis est donc de rassembler des contributions spécifiques qui nous permettent de réorienter l’analyse dans une direction plus adéquate et ouverte des inégalités dans l’histoire générale à partir de la partialité de l’histoire des femmes, et aussi à partir d’une critique de la littérature historiographique et économique existante.

Les propositions d’articles inédits, en italien, français, anglais ou espagnol, doivent comporter environ 3000 caractères (400 mots) et parvenir aux rédactrices du numéro Anna Bellavitis (anna.bellavitis@univ-rouen.fr) et Monica Martinat (monica.martinat@univ-lyon2.fr) au plus tard le 1er mars 2022

Ils devront contenir une indication des sources utilisées et quelques références bibliographiques, et être accompagnés d’une brève note bio-bibliographique de l’auteur.

Word - 18.1 ko