Lauréates de l’aide à la mobilité internationale 2020

Sara PANATA, doctorante, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, IMAf
Thèse non financée à soutenir le 5 septembre 2020 : Le Nigéria en mouvements : la place des mouvements féminins et féministes dans les luttes sociopolitiques nationales (1940-1990), sous la direction d’Anne Hugon, Histoire contemporaine. Terrain : Trajectoires féministes : une socio-histoire des militantes nigérianes de l’intime à l’international (1940-2020)
Ibadan, Lagos, Abuja, Zaria, Enugu, Calabar (Nigéria), Institut français de Recherche en Afrique (IFRA)-Ibadan, du 15 septembre au 31 décembre 2020

Célia LAMBLIN, docteure, Aix Marseille Université, LAMES (UMR7305)
Post-doctorat non financé : Vivre la révolution à distance. Sociologie des migrations égyptiennes en France, sous la direction de Sylvie Mazella, CNRS, Sociologie. Terrain : Sociologie politique d’une jeunesse contestataire : rapports sociaux de sexe et panafricanisme entre la France et la Côte d’Ivoire
Abidjan (Côte d’Ivoire), IRD Côte d’Ivoire, Institut d’Ethnosociologie de l’Université Félix Houphouët Boigny, entre sept. et déc. 2020

Ophélie PARENT, doctorante, EHESS, CéSor
Thèse non financée, préparée depuis 2017 : Les enjeux de l’autonomie ou les nouvelles formes du féminisme autochtone : genre, ethnicité et militantisme au Mexique, sous la direction de Catherine Alès, CNRS, EHESS, Anthropologie. Terrain : Ethnographier les pratiques de l’engagement politique des militantes indigènes mexicaines : médecine traditionnelle in situ et action politique ou les nouvelles formes du féminisme autochtone
San Andrès Totoltepec, México (Mexique), Université Nationale Autonome de Mexico (UNAM), 5-6 mois, dates à préciser.

Liste complémentaire
Sarah BOISSON, doctorante, Université Côte d’Azur et CNRS, URMIS
Thèse financée, préparée depuis octobre 2019 : Des chirurgies sexuelles féminines de « reconstruction ». Circulation de pratiques médicales et construction des corps féminins en médecine. Une enquête multi-située entre France, Égypte et Tunisie : du corps exilé au corps globalisé, sous la direction d’Élisabeth Cunin, et de Marie Lesclingand, URMIS/UCA, Sociologie. Terrain : Transnationalisation d’une chirurgie sexuelle de « reconstruction » sur des corps féminins en Égypte
Le Caire (Égypte), CEDEJ USR3123, du 1er septembre au 31 décembre 2020

Julie ROUX, doctorante, Université Paris Nanterre, CEDIN,
Thèse financée, préparée depuis septembre 2017 : Les violences fondées sur le genre en droit international pénal, sous la direction d’Anne-Laure Chaumette, Université Paris Nanterre, Droit international / Droit international pénal. Terrain : La pérennisation des stéréotypes de genre par le droit international pénal
Montréal (Canada), Université du Québec à Montréal, CEDIM, du 14 septembre au 18 décembre 2020

Sarah SUDRES, doctorante, Université Paris-Nanterre, ED 395, Unité de recherche Histoire de l’Art et des Représentations (HAR), EA 4414
Thèse non financée, préparée depuis septembre 2019 : Un objet à soi ? Collections « ethnographiques » de voyageuses occidentales, 1850-1914, sous la direction de Rémi Labrusse, Université Paris-Nanterre, et de Monique Jeudy-Ballini, LAS EHESS/CNRS/Collège de France, Histoire de l’art. Terrain : Mission de recherches doctorales sur les voyageuses britanniques et allemandes : Kate Marsden et Marie Pauline Thorbecke
Londres (Royaume-Uni) : British Museum ; Royal Geographical Society ; Center for Gender studies, SOAS University of London ; Bexhill-on-Sea (Royaume-Uni) : Bexhill Museum, juillet-septembre 2020 ;
Mannheim, Cologne, Berlin (Allemagne) : musées, Zentrum für Transdisziplinäre Geschlechterstudien, Humboldt-Universität, octobre-décembre 2020