Genre, sexualités, travail : les LGBTQI+ au travail

Publié le 14 octobre par Institut du genre

Atelier EFiGiES, Responsables : Estelle Fisson et Théo Gaudy

En se penchant sur le rapport des femmes et des minorités sexuelles et de genre au travail, cet atelier vise à interroger les contours du travail, ses dimensions les plus invisibilisées et naturalisées, ainsi que ses mutations contemporaines. Cet atelier souhaite aborder les spécificités du travail des femmes et des LGBTQI+, en regardant comment s’articulent les différents lieux et les différentes modalités du travail, qu’il soit salarié, domestique et / ou reproductif, qu’il s’inscrive dans le registre du travail émotionnel ou de care. Les frontières et la fluidité entre sphères publiques et privées du travail de ces groupes sociaux seront questionnées. A partir du questionnement de la pluralité des formes et espaces du travail des femmes et LGBTQI+, l’atelier explorera le travail comme lieu privilégié de l’oppression et de l’exploitation des femmes et des minorités sexuelles et de genre, tout en montrant qu’il possède un potentiel subversif et transformateur.

Le premier cycle de l’atelier porte sur les LGBTQI+ au travail. En quoi le travail est-il à la fois un moyen pour les LGBTQI+ de se revaloriser en tant que membre d’une minorité, en même temps qu’un espace d’aliénation quand cette revalorisation passe par l’adhésion à l’éthique du travail, pouvant mener à des formes d’épuisement ? En quoi le travail est-il un lieu de subversion et de réinvention pour les subjectivités queers aussi bien qu’un espace exploitant la plus-value du "travail du genre" ?

Séance 1, 28 septembre 2020 : Travailleur-euses LGBTI : vécus, parcours et rapports au travail.
Al Caudron (Centre Pierre Naville) : Un rapport queer au travail existe-t-il ? Pistes de thèse et tentatives pseudo-syndicales
Adel Cornet (chercheur indépendant) : Auto enquête : un outil transfeministe et queer pour lutter dans le travail

Séance 2, 22 octobre 2020, 18h : Le SIDA au travail
Benjamin Talbi : « Mon VIH, c’est mon métier » : parcours et activité de patient.es-intervenant.es vivant avec le VIH

Séance 3, jeudi 26 novembre 2020, 16h : Approches théoriques : travail du genre et marxisme queer
Gianfranco Rebucini : Sexe, travail et (re)production. Vers une approche marxiste queer

Séance 4, jeudi 17 décembre, 18h : Syndicalisme et enjeux LGBTQI+
Estelle Fisson : Des désaccords purement politiques ? La création des syndicats Sud au prisme de l’orientation sexuelle
Discutant : Guillermo Wolf, auteur de Des brebis noires créent les syndicats Sud (Syllepse, 2020)

Grande salle de la MIE
50 rue des Tournelles, Paris (métro Bastille)

Inscriptions : genresexualitéstravail@gmail.com, dans la limite des places disponibles (15).