Genre et sexualité au temps des mobilisations féministes et LGBT : ruptures, recompositions, résistances

Publié le 6 janvier par Institut du genre

Responsables : Michel Bozon (Ined) et Emmanuel Beaubatie (Ined)

Avec le développement des mouvements féministes et LGBT, de même qu’avec l’effondrement de l’encadrement institutionnel de la sexualité, l’ordre sexuel et de genre a considérablement évolué. Les vies des femmes, des lesbiennes, des gays, des bisexuel×le×s et des trans’ ne sont plus les mêmes que celles de la génération de leurs parents. En matière de genre et de sexualité, les prescriptions institutionnelles déclinent et les mobilisations collectives contribuent à forger de nouvelles normes d’égalité et de diversité, faisant advenir des possibles biographiques inédits. Mais tout n’est pas rupture. Ce qui peut apparaître comme une révolution n’est souvent qu’une recomposition ou une reformulation. Les différences et les hiérarchies résistent au changement.

6 janvier 2021 : Minorités lesbiennes dans le féminisme : une histoire critique du Mouvement de libération des femmes (Ilana Eloit)

13 janvier 2021 : Construire des espaces féministes et LGBT (Emmanuel Beaubatie)

20 janvier 2020 : Micro-politiques de la vie quotidienne : le cas de l’épilation (Miléna Younès-Linhart)

27 janvier 2021 : Travail du sexe : approches, controverses, transformations (Michel Bozon)

Campus Condorcet, Centre de colloques, salle 50, 11h-13h
Inscription obligatoire pour chaque séance

Programme complet