Formes de vies et expressivité

Publié le 6 janvier par Institut du genre

Responsables : Alexandre Gefen (CNRS-Université Sorbonne Nouvelle-ENS) et Sandra Laugier (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne).

Gestes, signes, plaintes, aveux, excuses ; projections imaginaires, vies ordinaires, récits d’extase ou de souffrance, quête de justesse et de perfection, cri de révolte ou de solidarité : l’ère démocratique a ouvert un espace d’expression personnelle et collective, impossible à délimiter mais toujours à investir. Enquêtes philosophiques et récits autobiographiques, ethnographies et mobilisations sociales, revendications partiales et quêtes introspectives participent d’une culture commune de l’expressivité et répondent à une même demande de maîtrise émotionnelle, d’éducation sémantique et de valorisation des singularités, spectaculaires ou minoritaires. L’expressivité traverse les frontières de la description et de la performance, du social et du vital, dans une élucidation des formes de la vie humaine et de leurs diverses façons d’apparaître et de se transformer. Elle porte des valeurs et différences inédites, des personnes et groupes invisibles. Elle subvertit des divisions conceptuelles établies : action et passion, parole et écriture, liens forts et faibles, illocutoire-perlocutoirelocutoire, expertise et amateurisme, individuel et collectif, élitisme et populaire. C’est ce territoire, autant littéraire et artistique que philosophique et éthique, où s’expose à la fois la confiance en soi de l’individu.e et sa fragilité, que nous voudrions explorer.

25 janvier 2021, 16h-18h
Mona Gérardin-Laverge

Programme 2020-2021