Dans et hors les murs. L’influence des représentations genrées de la qualification pénale à la vie en prison

Publié le 26 janvier par Institut du genre

Séminaire « Genre et monde carcéral », coordonné par Natacha Chetcuti-Osorovitz (IDHES/ENS-Paris-Saclay) et de Valérie Icard (CESDIP/UVSQ).

Cette année, pour la quatrième édition du séminaire, nous avons choisi de mettre la focale sur les liens entre « le dehors » et « le dedans » et sur les dynamiques de circulation des normes de genre pour penser l’enfermement contemporain. « La vie en prison [doit être] alignée aussi étroitement que possible sur les aspects positifs de la vie à l’extérieur de la prison », d’après la règle pénitentiaire européenne n° 5. Si cet objectif de normalisation carcérale promeut une relative amélioration des conditions de vie en détention, il invite également à analyser l’institution carcérale en tenant compte de l’ordre social hors les murs. C’est toute l’ambition des interventions présentées cette année.

Séance 2 - 8 février 2021 (14h-18h)
Inscription avant le 5 février pour obtenir le lien

Représentations genrées dans le contrôle et l’enfermement des jeunes
Véronique Le Goaziou, Sociologue – Chercheure associée au LAMES : Les viols en justice. Pourquoi si peu d’auteurs jugés ?
Véronique Blanchard, Historienne – Responsable du centre d’exposition « Enfants en justice », École Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse : « Mauvaises filles » – Un contrôle genré de la déviance féminine juvénile (France, années 1945-1965)
Yaëlle Amsellem-Mainguy, Sociologue – Institut National pour la Jeunesse et l’Éducation Populaire : Le corps en prison : processus et déclassement des filles mineures incarcérées

Cette séance est consacrée à la construction des regards sociaux posés sur la déviance féminine juvénile et aux réponses apportées à celle-ci. Véronique Blanchard interrogera, dans une perspective socio-historique (période 1945-1975), les processus d’étiquetage des adolescentes qualifiées de « mauvaises filles », en analysant les critères mobilisés, le type de normes enfreintes et les réactions sociales suscitées. Ensuite, l’intervention de Yaëlle Amsellem-Mainguy portera sur les processus de classement et de déclassement des mineures incarcérées, à partir d’une analyse sociologique des normes sexuelles et genrées assignées aux jeunes filles incarcérées dans les prisons pour mineur.es contemporaines. Cette séance vise donc à comprendre comment les représentations genre interviennent dans le contrôle et l’enfermement de jeunes femmes.
Changements de programme :
Nous débuterons cette séance avec l’intervention de Véronique Le Goaziou, initialement prévue lors de précédente séance mais reportée du fait d’obstacles techniques. Pour rappel, elle proposera de réfléchir à la façon dont les violences sexuelles, et plus spécifiquement le viol, sont saisies par les instances pénales contemporaines. Elle permettra d’éclairer sociologiquement le faible taux de condamnation des faits de viol.



Séance 3 - 7 avril 2021
L’accompagnement culturel intra-muros : source d’émancipation ou reproduction des normes de genre ? (10h-13h et 14h-18h)
Sandrine Lanno, Metteure en scène – Directrice artistique de L’Indicible Compagnie
Laélia Veron, Linguiste – MCF en stylistique – POLEN – Université d’Orléans
Audrey Chenu, Enseignante

Séance 4 : 10 mai 2021
Industrie de la punition et effets sur la vie matérielle des femmes en prison (14h-18h)
Jackie Wang, Historienne et essayiste - Doctorante en African and African American studies - Radcliffe Institute for Advanced Study [intervention par visio-conférence avec traduction simultanée]
Natacha Chetcuti-Osorovitz, Sociologue – MCF CentraleSupélec - IDHES ENS Paris-Saclay

Séance 5 - 7 Juin 2021
Les mouvements de contestation dans et hors les murs (10h-13h et 14h-18h)
Jean Bérard, Historien – MCF ENS Paris-Saclay – Institut des sciences sociales du politique
Antonin Bernanos, Sociologue – Etudiant empêché en Master 2 de Sociologie – EHESS [intervention par visioconférence]
Joël Charbit, Sociologue – Docteur en sociologie – chercheur associé au CLERSE
Ainhoa Ozaeta, Politiste – Doctorante empêchée en Science politique – Université du Pays basque [intervention par visioconférence, sous réserve]