#MeToo : critique et clinique ?

Publié le 7 janvier par Institut du genre

Dans le cadre du séminaire « Anthropologie, psychanalyse et politique. Regards sur les terrains », de l’Association française des Anthropologues.

Le mouvement #MeToo est reconstruit comme une date d’inauguration d’une nouvelle ère, de nouvelles normes auxquelles gouvernements, institutions, acteurs collectifs et individuels seraient astreints à se plier. En quoi la mobilisation ,qui se poursuit à travers lois, décrets et procès a-t-elle changé les conceptualisations de la dualité sexuelle ? Sommes nous face à des dynamiques de libération et/ou de resubstantialisation des identifications de sexe ? Qu’en est-il, dans ce contexte des féminismes pluriels qui ne cessent de diverger sous le coup d’accusations multiples ? Qu’est-il énoncé et proposé au nom des femmes ? Ces questions et bien d’autres nourriront les débats de cette séance.

Avec :
Annie Benveniste, anthropologue, enseignante-chercheur émérite à l’université Paris 8, membre du Laboratoire d’études de genre et de sexualité (UMR LEGS).
Marie-Dominique Garnier, angliciste et littéraire de formation, chercheure à l’UMR-LEGS et Professeure de littérature de langue anglaise et d’études de genre à l’Université Paris 8, à l’UFR Textes et Sociétés.
Monique Selim, anthropologue, directrice de recherche émérite à l’Institut de recherche pour le développement (IRD), chercheure associée au Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques (CESSMA, Université Paris Diderot,IRD,INALCO).

21 janvier 2020, 11h-13h (initialement prévu le 14 janvier)
Maison Suger
16-18 rue Suger, Paris 6e