Partir de soi : expériences et théorisation

Publié le 21 juillet par Institut du genre

« Partir de soi : expériences et théorisation », Nouvelles Questions féministes, vol. 39 n° 1, 2020
Coordination du numéro : Marie Mathieu, Vanina Mozziconacci, Lucile Ruault et Armelle Weil

Ce numéro propose de « partir de soi » afin de penser les formes de dominations patriarcales et ses théorisations. Le Grand angle porte sur les « épistémologies féministes situées » (aussi appelées « épistémologies du point de vue »), qui sont de plus en plus fréquemment mobilisées dans les espaces scientifiques et militants. Ses quatre articles soulignent l’intérêt de ces épistémologies pour penser et pour lutter, mais aussi les tensions qui les traversent. Il aborde ainsi le positionnement politique féministe lorsqu’il engage à dire « nous » : d’abord avec le féminisme radical des années 1960-70 aux États-Unis qui doit prendre en considération la multiplicité des vécus des femmes (Léa Védie), ensuite dans le cas des mobilisations contre le féminicide, qui implique l’absence des victimes directes (Margot Giacinti). Il montre également comment la théorie féministe, lorsqu’elle s’enracine dans les expériences des femmes, permet de décrire les déficits de sensations vécus par nombre d’entre-elles et d’élaborer des pratiques thérapeutiques (Anaïs Choulet). Enfin, le dossier présente une typologie des « épistémologies du standpoint » qui montre la variété et la conflictualité de leurs interprétations (Delphine Frasch). Ainsi, ce dossier offre au lectorat des repères pour penser en féministe à partir des expériences vécues.

Présentation et sommaire