Servantes de Dieu. Les beatas de la couronne de Castille (1450-1600), par Laurey Braguier

Publié le 30 septembre par Institut du genre

Les beatas de Castille, sœurs des béguines d’Europe du Nord, ont jusqu’à présent très peu attiré l’attention de l’historiographie. Considérées, à l’aube du XVIe siècle, comme des femmes laïques se vouant à Dieu dans la pénitence et la prière, elles demeurent méconnues à l’exception de quelques grandes figures, vénérées pour leurs prophéties ou persécutées pour leurs visions par l’Inquisition.
Pourtant, les beatas recouvrent une réalité plurielle, et leur rôle dans la vie religieuse apparaît complexe. De la pauvre landière léonaise à la noble veuve tolédane, ces semi‐religieuses refusant le mariage et la stricte clôture se sont consacrées à Dieu tout en assurant des fonctions reconnues et valorisées par leurs contemporains. Soignant les malades, priant pour les vivants et les défunts, ces femmes ont porté secours aux plus pauvres, rendu visite aux prisonniers ou encore instruit les orphelins.

Grâce à une vaste enquête menée dans les manuscrits de la couronne d’Espagne et les Archives secrètes du Vatican, ce livre, à la croisée de l’histoire sociale, de l’histoire religieuse et de l’histoire des femmes, retrace le destin de 354 beatas et la vie économique de 192 communautés implantées dans les royaumes et les villes de Castille entre 1450 et 1600. À la lecture de sources inédites, en particulier des lettres de privilège, des actes notariés et des procès inquisitoriaux, cet ouvrage met en lumière le quotidien de ces servantes de Dieu, en insistant sur leur engagement et leur intégration dans la société de leur temps.

Presses universitaires de Rennes, 2019
512 p., 30 euros

Présentation sur le site de l’éditeur