Écrire, traduire : Virginia Woolf, les femmes et la littérature

Publié le 24 octobre par Institut du genre

ll y a 90 ans, en mars 1929, Virginia Woolf publiait dans une revue américaine Women and Fiction, le premier manuscrit de son célèbre essai féministe A Room of One’s Own dans lequel elle détaille les conditions d’accès à l’écriture : « une femme doit avoir de l’argent et un lieu à elle si elle veut écrire de la fiction. »

C’est Clara Malraux qui traduit Une chambre à soi en français pour la première fois en 1951. Marie Darrieussecq propose une nouvelle traduction, et donc une nouvelle lecture, de cet essai en 2016 qu’elle intitule Un lieu à soi, car, explique-t-elle : « ce n’est pas une bedroom, mais une room of one’s own ; pas une chambre à soi, mais une pièce, un endroit, un lieu à soi. »

Le Centre d’écriture et de rhétorique et le Programme de recherche et d’enseignement des savoirs sur le genre de Sciences Po proposent une discussion autour de son œuvre avec :

  • Marie Darrieussecq, titulaire de la Chaire d’écrivain en résidence de Sciences Po, traductrice d’Un Lieu à soi [A Room of One’s Own] aux éditions Denoël
  • Anne Besnault, maîtresse de conférences à l’Université de Rouen, vice-Présidente de la Société d’Études Woolfiennes.

14 novembre 2019, 19h15-21h
Sciences Po, amphithéâtre d’Eichthal
27 rue Saint-Guillaume
Inscription obligatoire
Présentation et inscription