Penser la gestation pour autrui. Aspects juridiques, philosophiques et sociologiques

Publié le 25 septembre 2018 par Institut du genre

Absente dans la révision des lois de bioéthique, la GPA est omniprésente dans le débat public : présentée comme une forme de marchandisation du corps humain et contraire à la dignité de la femme pour ses opposants, elle est justifiée, par ses partisans, comme une réalité incontournable à laquelle il faut répondre si ce n’est que par l’inscription des enfants nés par GPA à l’étranger. C’est cette position minimaliste qui a été adoptée par la Cour Européenne des Droits de l’Homme.

25 octobre 2018
9h-17h30, Université Paris II, salle des Conseils (esc. M, 2e étage)
Place du Panthéon 75005Paris

Inscription obligatoire

Programme complet en ligne