Les inventions politiques du féminisme. Droit, travail et religion (XIXe-XXe s.)

Publié le 2 janvier par Institut du genre

Journée d’étude organisée par Stefania Ferrando (ANR ReMouS), LIER-FYT /EHESS

La journée d’étude mobilisera un double regard, sur l’histoire du XIXe siècle et sur l’actualité. Dans le cadre du socialisme du XIXe siècle, il s’agira d’analyser comment et pourquoi la question de la liberté et de l’égalité des femmes ne surgit pas comme une problématique accessoire : elle s’impose comme un enjeu constitutif de tout projet de réorganisation de la société. Si le travail est envisagé comme la source d’une nouvelle solidarité, il ne semble pas pouvoir faire émerger à lui seul les paroles et les pratiques de justice adaptées à des sociétés où le marché est progressivement désencastré des institutions collectives.
On étudiera tout particulièrement les pratiques et les idées de solidarité qui émergent dans et par les associations constituées par ces femmes, afin de comprendre si et comment la portée novatrice de leurs pratiques et paroles politiques prend appui aussi sur des traditions religieuses.
En revenant ensuite sur le XXe siècle, il s’agira de questionner la portée et le sens des droits émergés des luttes des femmes pour la transformation du travail. Est-ce qu’il s’agit de droits à dépasser, dans la mesure où ils semblent liés à des stéréotypes de genre (selon une tendance qui s’imposerait actuellement) ? Ou est-ce qu’il faut y voir au contraire l’affirmation la plus radicale des droits sociaux, la défense la plus forte des relations sociales et vitales contre l’organisation libérale du marché ?

reportée fin janvier-début février 2020
Université Paris Diderot, Bâtiment Olympe de Gouges, salle 533
Place Paul Ricœur, Paris 13e

PDF - 466.6 ko
Programme