Le monde des services à la personne, le travail du care, en temps de crise sanitaire : Focus sur les oubliées de la crise

Publié le 1er avril par Institut du genre

Comité d’organisation : Lucie MEZURET, doctorante en sociologie au Laboratoire du changement social et politique, ED 624, Université de Paris

L’importance déterminante des métiers de services est apparue de manière criante au cours de la dernière année face à la crise sanitaire mondiale de la Covid 19. Ces emplois précaires et peu qualifiés se sont retrouvés en « premières lignes » pour certains (caissières) et on était rendu inutiles pour d’autres (serveuses) du fait des fermetures. Cette journée d’étude se penchera en priorité sur les métiers où l’on trouve une majorité de femmes souvent étant les plus précaires.
En s’inspirant de la définition du care de la sociologue Paula England et de l’économiste Nancy Folbre [England, Folbre ; 1999] qui le définissent comme un « service à une personne avec laquelle il existe un contact personnel (normalement face-à-face) », cette journée d’étude s’intéressera aux transformations de ces métiers de service en temps de crise sanitaire.

27 avril 2021, à partir de 9h30, en visioconférence
Inscription : lucie.mezuret@hotmail.fr

PDF - 175.4 ko
Programme