Combattre le sexisme en entreprise, dans les médias et en politique

Publié le 16 mars par Institut du genre

Rapport annuel sur l’état des lieux du sexisme en France en 2019, Haut Conseil à l’Égalité, parution mars 2020.

En dépit d’une forte mobilisation de la société civile avec le phénomène #Metoo et de la tenue du Grenelle contre les violences conjugales, le constat reste accablant : une hausse de 46% des plaintes pour harcèlement sexuel en 2019 et les mis en cause pour des crimes et délits à caractère sexiste sont très majoritairement des hommes : toutes infractions pénales confondues, 87 % des victimes d’actes sexistes, enregistrées par les forces de l’ordre, sont des femmes et 91 % des mis en cause sont des hommes.

Trois domaines ont été plus spécifiquement analysés par la commission stéréotypes du HCE présidée par Sylvie Pierre-Brossolette : celui du monde du travail, d’abord en amont dans les grandes écoles, sortes de bastions « virilistes » où les actes sexistes fonctionnent comme rite intégrateur, et dans les entreprises où règne une grande tolérance sociale au sexisme, malgré les avancées du droit et des initiatives notables.
Celui des médias où l’image des femmes est toujours décalée par rapport à la réalité.
Quant au milieu politique, il demeure un bastion majeur du sexisme et fonctionne comme une chasse-gardée des hommes : les femmes politiques y sont considérées comme des intruses, sujettes à des disqualifications et incivilités, des comportements paternalistes et confrontées aux violences sexistes et sexuelles.

Télécharger le rapport