Combattantes. Une histoire de la violence féminine en Occident

Publié le 15 septembre par Institut du genre

Sous la direction de Martial Poirson, Paris, Le Seuil, 2020, 264 p., 29 euros

Saintes en armes, combattantes, militantes, émeutières, résistantes, activistes luttant contre le patriarcat, la domination masculine, la violence sexuelle ou sexiste, le capitalisme, le pouvoir politique, l’esclavage ou la colonisation, mais aussi terroristes, kamikazes, gardiennes de camps, femmes soldats ou délinquantes… La violence manifestée par certaines femmes revient au sein de notre actualité mondialisée, au risque d’éclipser la violence faite aux femmes. Preuve qu’elle marque les esprits et frappe les imaginaires, aujourd’hui comme hier : de victimes expiatoires, ces femmes deviennent des bourreaux désignés. Cette violence revendiquée a pourtant été longtemps occultée par une histoire écrite par des hommes, soucieuse de perpétuer un mythe de l’innocence féminine, socle du modèle patriarcal, car il permettait de reléguer les femmes dans des tâches subalternes. Si les violences domestiques (infanticide, crime passionnel, violence conjugale), secrètes (empoisonneuse, traîtresse, usurpatrice) ou déviantes (sorcière, criminelle, violeuse, veuve noire, femme fatale) sont aujourd’hui mieux connues, il semble que la violence politique commise au sein de l’espace public, qu’elle ait ou non une visée émancipatrice, le soit moins.

PDF - 81.5 ko
Sommaire