Queering the city ? Perspectives transatlantiques

Publié le 23 juillet par Institut du genre

Contraint de reporter le colloque « Queering The City » (Université Paris Nanterre) à une date ultérieure incertaine, le comité d’organisation a pris l’initiative de lancer la publication à partir des communications originellement prévues. Cet appel vise à rallier d’autres forces vives pour une publication prévue en 2021.
Une partie des événements prévus en juin sont reportés les 2 et 9 octobre, si les conditions sanitaires le permettent – le programme sera envoyé début septembre.

Se demander ce qui fabrique les rapports sociaux dans l’espace de la ville aujourd’hui, et en quoi les rapports sociaux fabriquent de l’espace, du lieu, revient à poser que la relation société / espace est à double sens. Si l’espace est le produit de rapports sociaux, inversement, loin d’être le réceptacle passif des forces sociales, l’espace – selon la trilogie « espace vécu, conçu et perçu » d’Henri Lefebvre – structure et contribue à la reproduction mais aussi à la contestation des rapports sociaux. On posera ensuite plus précisément ici la question de la relation entre genre / sexe / race et espace. Est-il possible, dans un espace urbain marqué par les rapports sociaux de résister aux contraintes, de « queeriser » la ville ? Si l’on entend le terme « queer » dans le sens où l’utilise Kath Browne1 : « qui opère au-delà des pouvoirs et des contrôles qui assurent le respect de la normativité », alors « queeriser la ville » implique de redessiner, reconceptualiser, repenser, recartographier, pour refaire les corps, les espaces et les géographies.

Date limite de soumission d’abstract : 20 septembre 2020
Date limite de soumission d’article : 30 octobre 2020

PDF - 257.7 ko
Appel complet