Le travail bénévole

Publié le 8 septembre par Institut du genre

AAC pour la Nouvelle Revue de psychosociologie, n° 32, parution automne 2021, sous la direction de Nicolas Da Silva et Pascale Molinier.

Extraits de l’appel :
L’approche du bénévolat dans ce numéro se veut pluridisciplinaire. La question du coût du travail convoque l’économie, celle de la division des tâches entre salariés et bénévoles, les sciences du travail et de la gestion, celle de l’engagement et des idéaux mobilisés, la psychosociologie et la psychanalyse notamment.

Le travail bénévole n’est pas toujours choisi, notamment lorsque les activités bénévoles remplacent le désengagement de l’État. L’invisibilisation du travail gratuit et de l’exploitation des bénévoles fait échos aux études de genre et à la place du travail des femmes dans les sociétés patriarcales. L’enjeu de la reconnaissance matérielle et symbolique du travail des femmes conduit de nombreux auteurs à recommander la prise en compte du travail domestique dans le Produit intérieur brut. Ces différentes situations, le travail bénévole ou le travail gratuit – deux concepts à différencier ? – donnent à voir les contradictions du travail qui relèvent d’une logique capitaliste : payer, c’est marchandiser (les affects, l’engagement citoyen…), et ne pas payer, c’est exploiter. Mais le travail bénévole interroge également les limites de la quantification du travail.

Date limite d’envoi des propositions : 16 octobre 2020

PDF - 101.7 ko
Appel complet