Le cas Georgette Leblanc (1869-1941) Une artiste au cœur des échanges artistiques et intellectuels de champs modernistes transnationaux

Publié le 1er avril par Institut du genre

Organisation : Quentin Rioual (Docteur, Études théâtrales, HAR, Université Paris Nanterre), Sophie Lucet (Maître de conférences, Littérature et arts du spectacle, CERILAC, Université de Paris), Ana Orozco (Doctorante, Études théâtrales, HAR, Université Paris Nanterre)

Figure bourgeoise de la première vague féministe, chanteuse lyrique aux répertoires contrastés, metteuse en scène peu reconnue comme telle, promotrice et médiatrice déterminante d’une œuvre littéraire, Georgette Leblanc fut aussi une collaboratrice intellectuelle pour Maurice Maeterlinck et l’écrivaine principale de plusieurs ouvrages et articles de nature principalement autobiographique ou documentaire.

Dans le cadre de ce colloque, il est proposé d’aborder la figure de Georgette Leblanc au travers de l’un ou l’autre des métiers qu’elle a endossés dans le contexte de champs artistiques et intellectuels divers, ou bien encore comme figure moderniste, figure intermédiale ou figure d’une histoire du genre. Ces contextes et ces figures peuvent être étudiés de façon combinée et, dès que nécessaire, dans une perspective transnationale. Nous invitons les contributrices et contributeurs à privilégier l’analyse des œuvres et ouvrages de l’artiste, la mise au jour des contextes socio-historiques dans lesquels elle s’inscrit et la critique de l’historiographie actuelle à partir de travaux récents en études de genre, études théâtrales, histoire transnationale et sociologie.

Date limite d’envoi des propositions : 3 mai 2021

Appel complet