Genre, santé et masculinités

Publié le 10 mars par Institut du genre

En contraste avec l’importante littérature concernant la médicalisation des maladies des femmes, la santé des hommes reste un pan de recherche encore peu exploré par l’historiographie. L’insuffisance de réflexions sur la santé des hommes est d’autant plus surprenante que l’histoire de la médecine s’est d’abord écrite au masculin et que l’épidémiologie sociale met en évidence, depuis les années 1970, une surmortalité masculine liée à leurs statuts sociaux et professionnels.

Nous souhaitons que ce numéro thématique questionne l’intersection des rapports sociaux (notamment de genre, de classe et de race) pour dévoiler l’imbrication entre pouvoirs, savoirs et pratiques de santé. Il va de soi qu’il n’est donc pas du tout question ici d’adopter une posture masculiniste ou antiféministe. À partir des masculinités, il s’agit bien de problématiser le rôle de la médecine dans la construction de la différence sexuelle à travers l’histoire et de l’interroger de façon critique. La périodisation est ici ouverte : nous sommes intéressées par des contributions qui traitent de cette problématique de l’Antiquité à la période contemporaine.

Date limite de réception des propositions : 15 avril 2021

Appel complet