A coups de bulles et de cases. La bande dessinée et les violences faites aux femmes

Publié le 21 octobre par Institut du genre

Si études et travaux sur l’érotisme, la place des Pin-Up, la séduction, voire le désir et le plaisir, mais aussi sur la censure, se sont déployés de manière relativement abondante, il n’en est pas de même des violences faites aux femmes dans la bande dessinée.

La visée du présent colloque est d’en rendre compte. Parmi les pistes à favoriser, sans que cela soit contraignant, nul doute qu’il conviendrait d’aborder les violences sociétales faites aux femmes, les empêchant de disposer de leur corps comme elles l’entendent. Dans cette perspective Tonino Benacquista et Florence Cestac, dans Des salopes et des anges (2011), suivent les trajectoires de trois femmes qui veulent se faire avorter. Les auteurs restituent aussi les combats du planning familial, le manifeste des 343 publié dans le Nouvel Observateur en 1971, la création du MLAC en 1973. Dans les albums dits historiques, dont l’action se situe au Moyen Âge ou à une époque plus ancienne encore – Antiquité ou préhistoire — quelles sont les règles données et les comportements suivis ? Dans les romans graphiques traitant du futur quelle place est donnée, dans l’organisation des sociétés, aux violences contre les femmes ?

Colloque international organisé par la MSHS de Poitiers, avec le concours de l’Espace Mendès France et de la CIBDI
19 mars 2020 - Poitiers – Espace Mendès France
26 mars 2020 – Angoulême – Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image
Date limite d’envoi des propositions : 30 novembre 2019

Appel complet