Violence conjugale / domestic violence : sociologie comparée d’une cause féministe (France / États-Unis, 1970-2013)

Thèse de doctorat en Sociologie - EHESS
Par Pauline DELAGE
Sous la direction de Éric FASSIN
Année de soutenance 2014
Prix de la Ville de Paris

Résumé

Français Anglais
Cette thèse propose de comprendre comment les mouvements féministes, des années 1970 jusqu'à nos jours, ont réussi à constituer la violence conjugale en un problème public, à la fois en France et aux États-Unis. Comprendre la problématisation de la violence conjugale nécessite de restituer les pratiques et les représentations des actrices qui agissent au sein d'associations spécialisées, ainsi que les opportunités institutionnelles et professionnelles dont elles se sont saisies pour faire reconnaître leur cause. Une enquête ethnographique menée principalement en région parisienne et dans le comté de Los Angeles permet alors d'analyser la prise en charge des femmes victimes dans ces associations spécialisées issues des mouvements féministes des années 1970. Situées au croisement d'espaces militants, institutionnels et professionnels, les pratiques des associations, comme les modes de compréhension de la violence conjugale qu'elles développent, sont façonnés par des enjeux propres à chacun des deux contextes. En permettant de croiser les échelles d'analyse, l'approche comparatiste met en lumière les ressorts de la légitimation d'une cause et de ses reconfigurations, ainsi que les tensions générées par la mise en pratique d'une analyse féministe d'un problème public. Cette analyse montre comment un problème lié au genre est travaillé et transformé par des logiques professionnelles et institutionnelles.
This dissertation compares how feminist movements from the 1970s onward were successful in establishing domestic violence as a social problem both in France and the United States. Understanding the problematization of domestic violence requires analyzing the practices and representations of women working within specialized associations as well as the institutional and professional opportunities they took advantage of in order to have their cause recognized. Ethnographic participant observation was therefore carried out primarily in the Paris region and in Los Angeles County, which allowed for an analysis of the care and support for women victims in specialized associations that emerged from the feminist movements of the 1970s. Located at the intersection of activist, institutional, and professional spaces, the actions of these associations, as well as the frameworks they develop to conceptualize domestic violence, are shaped by issues specific to each national context. By distinguishing and examining multiple analytical levels, the comparative methodology employed here sheds light on the roots of a cause’s legitimation and its changes over time, as well as on the tensions created when feminist analyses of social problems are put into practice. This analysis shows how a problem related to gender is elaborated and transformed by professional and institutional logics.