Trauma et résilience chez Elizabeth Gaskell : Corps, langage et signes dans les romans et leurs adaptations

Thèse de doctorat en Littérature anglaise - Université Paris-Sorbonne
Par Coralie CAUJOLLE
Sous la direction de Frédéric REGARD
Année de soutenance 2016

Résumé

Français Anglais
Les héroïnes des romans d’Elizabeth Gaskell affrontent des épreuves (mort, maladie, naissance d’ enfant illégitime, etc.) qui les forcent à évoluer pour survivre malgré leurs blessures. Si le trauma est souvent décrit comme un événement extraordinaire, les romans de Gaskell prouvent au contraire qu’il naît dans le quotidien. La romancière a trouvé son propre vocabulaire pour décrire la vie psychique de ses personnages et leur capacité à surmonter ces blessures, et donne une voix aux répercussions mentales et physiques du trauma, en saisissant les signes infimes pour rendre communicable ces expériences de la douleur. Elle construit ainsi un nouveau type de personnage féminin, l’héroïne gaskellienne, caractérisée par sa capacité à absorber les chocs traumatiques et par son héroïsme. Le cinéma offrant un nouveau régime de visibilité aux expériences traumatiques, nous analyserons aussi les choix faits par les réalisateurs des adaptations de la BBC pour transmettre la subtilité de Gaskell.
Elizabeth Gaskell’s novels portray heroines who deal with ordeals such as death, disease or illegitimate child, and are thus forced to evolve in order to survive, especially as they live in a period riddled with social, political and scientific changes. If trauma is often described as an extraordinary event, Gaskell’s novels demonstrate that it arises in daily life. She found her own language to describe her characters’ psychic life and their aptitude to recover from their wounds. She gives voice to the mental and physical repercussions of trauma, grasping all the hardly perceptible signs, in order to communicate these experiences of pain. These writing strategies enable Gaskell to build a new type of feminine character, the Gaskellian heroine, characterized by her aptitude to absorb traumatic shocks and by her heroism. As cinema offers a different regime of visibility to traumatic experiences, we will analyse the choices made by directors to adapt for the screen Gaskell’s subtlety.