« Te reverrai-je ? » Le lien conjugal pendant la Grande Guerre

Thèse de doctorat en Histoire - EHESS
Par Clémentine VIDAL-NAQUET
Sous la direction de Christophe PROCHASSON
Année de soutenance 2013
Très honorable avec félicitations du jury

Publication

Couples dans la Grande Guerre. Le tragique et l’ordinaire du lien conjugal
Editeur : Belles Lettres
Année : 2014

Résumé

Français Anglais
Cette thèse étudie la transformation du lien conjugal pendant la Grande Guerre. Elle interroge les répercussions de la guerre dans la sphère intime en prenant les couples français séparés par la mobilisation générale, mariés ou non, comme objets d'étude. Si, dans l'objectif de rendre compte à la fois des aspects collectifs et singuliers, de nombreuses sources sont convoquées (presse quotidienne, documents législatifs, iconographiques, littérature), la thèse s'appuie essentiellement sur les correspondances conjugales qui, dans la distance, matérialisent le lien entre les conjoints. La première partie de la thèse est consacrée à l'analyse de la désorganisation conjugale provoquée par l'entrée en guerre. L'étude aborde les bouleversements liés à la séparation des couples dans trois domaines: démographique, juridique (avec le vote de la loi autorisant les mariages par procuration) et social. La mise en place du rituel épistolaire, la recherche par la correspondance d'une quotidienneté perdue, tout comme le partage des émotions, l'expression de l'amour et du désir, construisent le « pacte épistolaire », qui fait l'objet de la seconde partie de la thèse. Enfin, la dernière partie interroge la transformation du lien conjugal sous l'effet de la menace omniprésente de la mort.