Les pratiques des femmes âgées sur les promenades balnéaires en Bretagne. Processus de vieillissement et citadinité

Thèse de doctorat en Géographie - Université Rennes 2
Par Mathilde BIGO
Sous la direction de Raymonde SECHET
et la co-direction de Sandrine DEPEAU
Année de soutenance 2015

Résumé

Français Anglais
La féminisation de la population âgée en France comme dans la plupart des pays du Nord pose des enjeux importants. Elle impose de s’interroger sur la place faite aux femmes âgées dans notre société. L’objet de la présente thèse est de s’y attacher sous l’angle spécifique des pratiques des femmes âgées sur les promenades de bord de mer. Espaces ressource pour « faire ville » avec les autres, pour la réalisation de soi à l’heure de la retraite, pour continuer à « se tenir face au monde » au grand âge, les promenades balnéaires sont des terrains d’exploration éminemment riches pour appréhender la citadinité des femmes âgées et donc leur inclusion en ville. Par les possibilités de prise qu’elle offre aux femmes vieillissantes, la promenade est un espace ressource pour réajuster les pratiques au fur et à mesure que la déprise le suggère. Elle permet de continuer à s’exprimer à travers les pratiques, mais dans des formes différentes, selon que la recherche de sociabilités, de grand air, d’indépendance, d’autonomie, d’imprévu, est constitutive de la citadinité des femmes, à travers les âges.
The feminisation of the elderly population in France as in many Northern countries raises important issues. It leads one to reflect on the position provided to older women in our society. The goal of this thesis is to look at the specific practices of elderly women on seaside promenade. Strolls on waterfronts allows the use of space with others, one’s self realization when facing retirement, and the drive to still be an active participant as one ages. These waterfront walks are rich fieldworks to grasp the assimilation of the aged women’s citadinité with their inclusion in the community. Waterfront walks offers to aging women a resourceful space to readjust practices as the disengagement suggests it. The waterfront walk allows, through the practices, to express oneself, but in various forms as long as the search for social relationships, fresh air, independence, autonomy, novelty, have the power to establish the women’s citadinité through aging.