Les figures de femme moderne dans les feuilletons de la télévision française, (1963-1973)

Thèse de doctorat en Communication, arts et spectacles - Université Bordeaux Montaigne
Par Taline KARAMANOUKIAN
Sous la direction de Geneviève SELLIER
Année de soutenance 2011

Résumé

Français Anglais
Cette recherche a pour but d'étudier la construction de l’identité féminine moderne dans les feuilletons télévisés français entre 1963 et 1973, période pendant laquelle les questions d’émancipation féminine émergent dans la sphère publique et médiatique. Au cours de cette décennie, la télévision intègre le quotidien des foyers et supplante le cinéma comme premier loisir populaire ; les feuilletons constituent alors un enjeu majeur de la production et de la programmation et sont parmi les programmes les plus regardés et les plus appréciés du public. Les feuilletons centrés sur une figure de femme moderne appartiennent à trois catégories : les feuilletons sentimentaux, les chroniques familiales « maternelles » et les chroniques sociales « féminines ». Destinées à un public familial, diffusées et financées (en grande partie) par une télévision d'Etat investie d'une mission de service public et d'un rôle de régulation sociale, ces fictions sérielles sont en phase avec les conceptions dominantes des normes sexuées et contribuent à leur élaboration. Cependant, elles s'adressent prioritairement aux femmes et doivent par conséquent tenir compte de leurs aspirations et de leur vécu. Entre respect des normes socio-sexuées et prise en compte des nouvelles réalités sociales, elles sont le lieu d’expression d’un féminisme populaire, travaillant à construire une version acceptable, pour la société de l’époque, de l’émancipation féminine.
Modern women personalities in French television series, (1963-1973) // The aim of this research is to study the lead-up to the modern identity of women in French television series between 1963 and 1973, a time when issues regarding women’s emancipation were emerging in both the public and media spheres. During this period, most homes became equipped with televisions which replaced the cinema as the favourite public past-time; television series were therefore a major issue in production and programming and were among the most popular programmes that were watched and appreciated by the public. Serials that are centred around a modern woman fall into three categories: sentimental serials, family or “maternal” sagas and social “feminine” sagas. These fictional series, which are aimed at family audiences, are broadcasted and financed (for the major part) by state-run television, a mission of which includes public service and which has a role of social regulation, are in line with the dominating beliefs of sexual norms and contribute to their elaboration. However, they are essentially intended for women and consequently must take into account their hopes and experiences. Since they fall between respect for social-sexual norms and new social realities, these programmes provide a platform to express popular feminism, working towards building a version of women’s emancipation that would be acceptable for the society of the epoch.