Les Femmes et le Genre en Irak. Entre construction nationale et fragmentation

Thèse de doctorat en Sociologie - EHESS
Par Zahra ALI
Sous la direction de Nadje AL-ALI
et la co-direction de Nilüfer GOLE
Année de soutenance 2015

Résumé

Français Anglais
Cette recherche s’intéresse aux questions de genre et à l’activisme politique des femmes irakiennes, à travers une étude socio-historique de leurs expériences sociales, économiques et politiques depuis la formation de l’Etat irakien moderne, ainsi qu’une ethnographie détaillée du contexte, de la teneur et du sens politique de leur activisme dans l’Irak post-invasion. Tout au long de cette thèse, j’explore l’activisme politique contemporain des irakiennes en reposant sur une approche socio-historique et intersectionnelle étudiant l’imbrication des questions de genre, de nation, d’Etat et de religion. Je soutiens ainsi qu’explorer l’activisme politique des femmes nécessite un regard sur la manière dont les questions liées aux femmes et au genre ont été définies historiquement, notamment en fonction des divergentes appréhensions de la nation, de l’évolution de l’Etat postcolonial, des relations Etat-société et des différentes compréhensions et expressions de l’islam. En adoptant ce cadre d’analyse complexe socio-historique et intersectionnel, j’explore ethnographiquement et problématise les notions de droits des femmes, de féminisme, d’activisme politique pour les droits des femmes islamiste ou séculier. Je soutiens que lier le féminisme postcolonial à l’intersectionnalité à travers une approche socio-historique et ethnographique, permet de dépasser les dichotomies simplistes telles que culture/économie, féminisme/religion, activisme pour les droits des femmes séculier/islamiste et local/global. Je propose d’enraciner le genre, la classe, les relations Etat-société, et les appartenances géographiques, ethniques, religieuses et confessionnelles dans leur contextes complexes et multidimensionnels, tout en gardant en vue les structures objectives vectrices d’inégalité comme le colonialisme et l’impérialisme.