Le veuvage précoce et ses conséquences juridiques, économiques et sociales

Thèse de doctorat en Sociologie - EHESS
Par Isabelle DELAUNAY
Page personnelle
Sous la direction de Irène THERY
Année de soutenance 2013
Très honorable avec félicitations du jury

Résumé

Français Anglais
Cette thèse porte sur le veuvage précoce, celui de personnes de moins de 55 ans, au sens large : le veuvage de personnes mariées, non mariées ou remariées, qui ne sont pas considérées comme des veufs au sens de l’état civil. Elle ouvre sur une réflexion sur les catégories sociodémographiques et sur la nécessité de moderniser la catégorie veuvage pour tenir compte du démariage. Par ailleurs, cette thèse étudie la précocité d’un veuvage du point de vue du droit social et du seuil d’âge de 55 ans, qui opère une distinction entre les jeunes veufs et les veufs âgés. Trois enquêtes sont exposées : l’EHF99 de l’Institut National d’Études Démographiques; une exploitation du fichier des allocataires de la Caisse Nationale d’Allocations Familiales; et une enquête par entretiens réalisées en majeure partie auprès de jeunes veuves. Ces enquêtes montrent que 20 % des veufs et un tiers des jeunes veufs sont habituellement effacés des statistiques; que le veuvage précoce génère des situations de pauvreté, notamment chez les femmes, et enfin que le sens du veuvage précoce n’est pas le même que celui du divorce contrairement à ce que suggère l’absorption du veuvage dans la monoparentalité.