Le "travail du sexe" : genèses et usages d’une catégorie politique

Thèse de doctorat en Sociologie - ENS Lyon
Par Damien SIMONIN
Sous la direction de Lilian MATHIEU
Année de soutenance 2016

Résumé

Français Anglais
La "prostitution" constitue actuellement un problème public en France, au croisement de luttes pour la réinsertion sociale ou la prévention sanitaire, contre les agressions ou pour l’obtention de droits. Différents collectifs se mobilisent pour imposer des définitions concurrentes entre deux pôles : l’abolition d’une "violence" et la reconnaissance d’un "travail". De ces définitions découlent des revendications sur la réglementation de l’activité et la représentation du groupe. Partant de ce constat, cette thèse décrit la construction socio-historique du "travail sexuel" : la lutte d’un groupe minorisé pour s’approprier le pouvoir de définir le problème dont il fait l’objet. L’analyse part de la revendication de l’"invention" de la catégorie en 1978 aux États-Unis, jusqu’à l’adoption de la "loi visant à renforcer la lutte contre le système prostitutionnel" en avril 2016 en France. Elle se fonde d’une part sur un corpus documentaire pour retracer la diffusion et les usages de la catégorie, d’autre part sur une trentaine d’entretiens avec des personnes impliquées dans ces mobilisations pour restituer leurs parcours et leurs positions. La thèse montre d’abord des usages et des sens variés du "travail sexuel" selon les contextes, s’inscrivant notamment dans le mouvement féministe, la lutte contre le VIH/sida ou les débats sur l’immigration. Elle montre aussi une appropriation partielle du problème avec l’émergence d’un mouvement de "travailleur·se·s sexuel·le·s" au niveau international et en France. Elle montre enfin les difficultés de ce mouvement à imposer sa définition du "travail" et les déplacements qui en résultent des espaces et des objets de la lutte.