Le mécanisme de la transgression genrée dans un réseau d’éducation à Montpellier : la formation de deux univers scolaires

Thèse de doctorat en Sciences de l’éducation - Université Paul-Valery Montpellier 3
Par Sophie DUTEIL-DEYRIES
Sous la direction de Jacques Gleyse
Année de soutenance 2018

Résumé

Français Anglais
A partir d’un réseau d’établissements et par une approche qualitative et quantitative : un lycée, un collège, une école primaire et deux collèges supplémentaires, l’étude s’intéresse aux transgressions scolaires au filtre du genre des élèves et des personnels éducatifs. De précédents travaux affirment que les transgressions sont différentes, ainsi que l’application du système punitif en fonction du sexe des élèves. Ce travail cherche à mettre en évidence les différents facteurs qui participent au mécanisme genré de la transgression scolaire. Il s’articule avec les constructions des identités de la transgression, les manifestations dans l’espace scolaire, les justifications que donnent les individus par rapport à une transgression et les répercussions de cette dernière. Tout permet d’alimenter ce cercle vicieux qui consacre les filles comme étant des élèves modèles, adaptées aux normes du système éducatif et les garçons, comme des individus naturellement transgressifs. Construits et consolidés au moyen des résultats et de la revue de littérature, ces facteurs laissent pressentir un modèle pouvant expliquer et justifier un mécanisme immuable, incessant, perpétuel mais surtout discriminant les élèves filles et garçons qui enfreignent lois, règles et normes dans les établissements scolaires.
The mechanism of the gendered transgression in an education network in Montpellier: the formation of two school universes Using a network of institutions and both a qualitative and quantitative approach: a high school, asecondary school, a primary school and two additional secondary schools, the study focuses on school transgression through the filter of the pupils and educational staffs’ gender. Previous works assert that these transgressions are different, and thus that the enforcement of the punishment system according to the pupils’ gender is too.Our work attempts to highlight the various factors participating in the gender-based mechanism of school transgression. It is built on the identity construction of the transgression, its manifestations in school, the justifications given by individuals regarding a transgression and the repercussions of the latter. This allows the perpetuation of a vicious circle that sees girls as model pupils, adapted to the standards of the education system, while boys are seen as being naturally transgressive individuals. Built and strengthened by results and literary reviews, these factors allow us to anticipate a model explaining and justifying an unchanging, ceaseless, and perpetual mechanism, but also a model that discriminates between girl and boy pupils who break laws, rules and standards within schools.