La dynamique coopérative interorganisationnelle dans les réseaux innovants : le facteur confiance dans le cas de deux cluster français

Thèse de doctorat en Gestion - Université Jean Moulin Lyon 3
Par Helga FOURE-JOOPEN
Sous la direction de Monsieur Marc BONNET
Année de soutenance 2014
Très honorable

Résumé

Français Anglais
Dans un contexte d’hyper compétition, la capacité d’adaptation à un environnement économique sans cesse changeant, détermine l'avenir et la stratégie des entreprises. La nécessité d’innover, et de mobiliser le savoir est un défi pour l’existence des organisations. Les réseaux d'entreprises sous leurs différentes formes répondent à cette situation car, pour innover, il faut coopérer et maîtriser l’économie en réseau. Les managers, peu préparés à un Knowledge management qui mobiliserait les savoirs de leurs firmes, doivent être sensibilisés à une nouvelle forme de gestion qui ne relève pas des coûts directs. La connaissance collective d'une entreprise, son capital immatériel, ne s'évaluent effectivement à la fin d’un processus d’innovation. La construction d’une véritable intelligence collective se basant sur un partage de savoirs se heurte à une résistance de la part des collaborateurs. Ce refus trouve ses raisons dans un manque de confiance vis-à-vis des partenaires au sein et à l’extérieur des entreprises constituées en dans un réseau. Un changement de mode de communication, plus transparent et plus ouvert, est une possibilité d’utiliser exploiter le potentiel humain et le capital social et d’améliorer la performance socio-économique. La mise en place d’une plateforme de communication, pilotée et coordonnée par un Community manager, utilisant les nouveaux média, pourra servir d’outil de changement vers une collaboration. La seule mise en place d’une technologie, sans la concertation avec les utilisateurs et sans un projet commun basé sur la confiance mutuelle des acteurs, ne pourra cependant pas suffire et demande l’accompagnement d’un expert extérieur à l’organisation.