L’Urania de Lady Mary Wroth (1587 ?-1651 ?) : une poétique de la mélancolie

Thèse de doctorat en Littérature anglaise - Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Par Aurélie LENTSCH-GRIFFIN
Page personnelle
Sous la direction de Line COTTEGNIES
Année de soutenance 2013
Prix de l’Institut du Genre

Publication

The Countesse of Montgomeries Urania de Lady Mary Wroth. Une poétique de la mélancolie
Editeur : Classiques Garnier
Année : A pa

Résumé

Français Anglais
Première femme à publier un roman en Angleterre, Lady Mary Wroth (1587 ?-1651?) est l’auteur d’une oeuvre profondément marquée par la mélancolie. De la représentation du paysage à la structure narrative en passant par les symptômes physiques et psychologiques que manifestent les personnages, la mélancolie est partout dans The Countess of Montgomery’s Urania (1621). Maladie érudite et culturelle propre à une élite sociale mais réservée aux hommes lorsqu’elle révèle les génies, objet d’une véritable mode au dix-septième siècle, la mélancolie devient pour Wroth l’instrument privilégié de la légitimation de son projet romanesque. Le roman se caractérise par une poétique de la mélancolie qui se traduit par une écriture noire typiquement maniériste. La mélancolie est aussi le symptôme d’un monde en crise dans lequel les valeurs morales qui ont triomphé à l’époque élisabéthaine sont désormais obsolètes. En imitant l’Arcadie de Sidney, Wroth met en scène une nostalgie littéraire qui souligne son incapacité à égaler ses modèles, mais fait de cet aveu d’échec l’affirmation de sa propre légitimité.