L’imaginaire de la fête « tribale » au Brésil : l’exemple du « Miss Brésil Gay » à Juiz de Flora. 

Thèse de doctorat en Sociologie - Université Paris Descartes
Par Marcelo Carmo RODRIGUES
Page personnelle
Sous la direction de Michel MAFFESOLI
Année de soutenance 2014
Très honorable avec félicitations du jury

Résumé

Français Anglais
Depuis 1976 le concours de beauté « Miss Brésil Gay » a lieu chaque année à Juiz de Fora (Brésil) et ses 36 éditions ont attiré régulièrement des milliers de touristes. La compétition se déroule entre les 27 États brésiliens représentés par des concurrentes qui ne sont pas des travestis, mais des garçons qui s’habillent en femme. Tenu comme l’un des premiers de ce genre au Brésil, il est devenu l’une des manifestations culturelles les plus représentatives de la ville et l’un des événements gays les plus connus du pays. Cette thèse discutera de l’homosexualité et des « tribus gays » pour valider l’hypothèse que le concours se rapproche d’une « effervescence postmoderne ». La première partie est basée sur la sociologie classique, la sociologie compréhensive, l’imaginaire et la sociologie du quotidien. Il y a ensuite une révision théorique des points les plus pertinents de l’ouvrage de Michel Maffesoli en relation à ce travail : tribalisme, identités, altérité, effervescences et Dionysos. Les rites et rituels de passage reçoivent une attention spéciale, en fonction de leur importance dans cette étude. La deuxième partie est une approche transdisciplinaire sur l’homosexualité à travers la reconstruction sociohistorique, les identités, les effervescences touristiques, les utilisations du corps et l’homophobie. La troisième partie est consacrée au travail sur le terrain, composé par les « histoires de vie » de cinq misses gays brésiliennes. Il s’agit d’une recherche qualitative qui utilise les méthodes de l’Observation Participante et de la Participation Observante pour arriver aux analyses de données, à la validation des hypothèses et à la vérification des résultats, répertoriées dans la cinquième partie. À travers le microcosme du Miss Brésil Gay, l’objectif est de contribuer à l’élaboration de nouvelles catégories de la pensée sociologique sur l’homosexualité et sur les fêtes « tribales », à partir d’un regard postmoderne.
Since 1976 the beauty pageant contest Miss Gay Brazil is held annually in Juiz de Fora (Brazil) and its 36 editions regularly attract thousands of tourists. The competition takes place between the 27 Brazilian states represented by competitors who are not transvestites, but men who dress as women. Held as one of the first of its kind in Brazil, it has become one of the most representative cultural events in the city and one of the country’s best known gay events. This thesis will discuss homosexuality and « gay tribes » to validate the hypothesis that the contest is approaching a « postmodern effervescence ». The first part is based on traditional sociology, « comprehensive sociology », the imaginary and «everyday life sociology ». There is also a theoretical review of the most relevant points of works by Michel Maffesoli in relation to this study: tribalism, identity, alterity, effervescence and Dionysus. The rituals and rites of passage are given special attention, according to their importance in this research. The second part is a transdisciplinary approach to homosexuality, through a socio-historical reconstruction, identities, «gay tourism », utilisations of the body and homophobia. The third part is devoted to the « field », composed by the « life stories method » of five Brazilian Gay Misses. This is a qualitative research that uses « observing participation » and « participating observation » to arrive at data analysis, validation and verification of results, exposed in the fifth part. Through the microcosm of Miss Gay Brazil, the aim is to contribute to the development of new categories of sociological thought on homosexuality and fêtes « tribales » from a postmodern point of view.