Identités de genre et identité nationale à travers l’histoire des corridas de taureaux en Espagne (1874-1923)

Thèse de doctorat en Etudes de genre - Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis
Par David CASTRO DEVESA
Sous la direction de Mercedes Yusta-Rodrigo
Année de soutenance 2018

Résumé

Français Anglais
Cette thèse doctorale présente la corrida de taureaux comme un phénomène culturel producteur de représentations nationales et genrées. Elle étudie le rôle de la corrida en Espagne dans le processus de restructuration de l’identité nationale et des identités de genre pendant la Restauration des Bourbons (1874-1923). L’objectif est l’analyse des discours reliant le spectacle taurin à la construction de la nation et aux identités de genre en Espagne entre 1874 et 1923, une période de crise nationale et de reconfiguration des rôles masculins et féminins dans la société espagnole. L’orientation principale de cette recherche consiste à analyser la régénération virile de la corrida comme un processus parallèle à la consolidation au début du XXe siècle des identités de genre hégémoniques à travers ses représentations sur la nation espagnole et les identités de genre. L’approfondissement de ces questions se réalise principalement à travers trois études de cas : le succès d’une équipe de femmes toreras, les Noyas ; la transsexualité d’un/e torero/a, la Reverte ; la célèbre rivalité entre les toreros Joselito et Belmonte. Cette recherche aborde les trajectoires de ces personnages notamment à partir des articles de presse généraliste et taurine, repérant les pratiques discursives des journalistes sur la nation et le genre, les encadrant dans l’évolution de la société espagnole et son système de représentations culturelles de l’identité nationale et des identités de genre. Cette recherche cherche à analyser l’influence du torero, comme image représentant la nation espagnole, dans la formation de discours genrés qui servaient à construire l’organisation sociale basée sur la différence sexuelle et à consolider la masculinité hégémonique en Espagne. La corrida fut dans notre période d’étude un des moyens à travers lequel la virilité nationale, abattue après le Désastre de 98, fut restaurée face aux peurs suscitées par l’émancipation des femmes espagnoles et la supposée dégénérescence des hommes espagnols. La corrida de taureaux s’articule autour de la régénération nationale configurant une masculinité à l’espagnole, à partir de la figure du torero, et des rapports de genre par la domination, symbolisés dans l’exclusion des femmes en tant que protagonistes de la nommée fête nationale. La recherche met en évidence la volonté sociale d’importants secteurs masculins de la société espagnole d’empêcher l’accès des femmes au métier de torero. Elle discerne plus précisément les liens entre la corrida, la masculinité et la nation, pendant la période historique de la Restauration des Bourbons, mettant en évidence que les représentations de la corrida de taureaux ont participé activement à la configuration des identités de genre en parallèle à l’évolution politique du pays. Les images genrées de la nation furent reconfigurées entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle, dans une période de puissants ébranlements pour la nation espagnole et pour l’ordre social de genre. Cette recherche sur les liens entre l’identité nationale et les identités de genre à travers l’histoire des taureaux a montré que le monde de la tauromachie, un des espaces symboliques représentant l’essence de la nation espagnole, fut le reflet de l’évolution des discours de genre et des discours nationaux pendant la Restauration. L’exclusion juridique des femmes toreras, au début du XXe siècle, est un symbole de la domination du sexe masculin sur le sexe féminin, permettant de restructurer l’identité nationale masculine et l’identité nationale féminine face à la crise de la masculinité nationale et à l’avancée du féminisme en Espagne. De plus, le raffermissement du torero comme une personnification de la nation espagnole renforça la masculinité hégémonique face à l’émergence d’autres masculinités opposées au modèle masculin du torero. À partir d’un corpus documentaire, ayant trait à la trajectoire professionnelle des Noyas, de la Reverte et de Joselito et Belmonte, cette recherche vise à démontrer la projection d’une masculinité hégémonique de la communauté nationale à travers le phénomène de la corrida. À travers cette étude nous espérons contribuer à une meilleure compréhension des mécanismes qui président à l’élaboration des identités nationales et de genre et de la façon dont ils s’incarnent dans des manifestations culturelles. Cette recherche vise ainsi à éclairer l'analyse de l'évolution de la corrida et de ses implications dans le processus de construction de la nation et du genre au cours de la période de la Restauration des Bourbons en Espagne.