Filles publiques et femmes galantes. Des sexualités légitimes et illégitimes à l’intérieur des espacessociaux et géographiques parisiens (1851-1914)

Thèse de doctorat en Histoire, Storia delle donne e dell’identita di genere - EHESS, l’Università degli Studi di Napoli L’Orien-tale
Par Lola GONZALEZ-QUIJANO
Page personnelle
Sous la direction de Maurizio GRIBAUDI
et la co-direction de Renata AGO
Année de soutenance 2012
Très honorable avec félicitations du jury

Publication

Capitale de l’amour. Filles et lieux de plaisirs à Paris au XIXe siècle
Editeur : Vendémiaire
Année : 2015

Résumé

Français Anglais
En prenant appui sur un important corpus de littérature prostitutionnelle (ouvrages généraux, médicaux, guides touristiques, etc.), sur des ouvrages romanesques, des Mémoires (dont le Journal des Goncourt) et les archives de la Préfecture de police de Paris (principalement celles du service des mœurs), cette thèse en histoire interroge les tensions et les articulations entre sexualité légitime et illégitime au sein des espaces sociaux et géographiques parisiens. Considérant à la suite de Maurice Godelier que « la sexualité est toujours autre chose qu’elle-même », cette thèse porte sur la prostitution mais cette dernière est aussi une entrée pour l'étude de l'ensemble des sexualités de cette époque. En effet, ce qui conduit à nommer prostitution certaines pratiques, c’est la transgression des règles qui structurent et définissent les formes de sexualité légitime.
Mots clés
loisir , Paris , XIXe siècle