Faire le genre, défaire le féminisme : philanthropie, politiques de population et ONG de santé reproductive au Mexique

Thèse de doctorat en Anthropologie sociale et ethnologie - EHESS
Par Mathieu Caulier
Page personnelle
Sous la direction de Bernard Hours
Année de soutenance 2009

Résumé

Français Anglais
Ce travail aborde la complexe interaction entre la philanthropie étasunienne, les politiques de population et les ONG féministes de santé reproductive au Mexique. L'analyse navigue entre une étude historico-sociologique utilisant les notions de gouvernementalité (Foucault) et de champ (Boudieu) d'une part (première partie) et une étude anthropologique du champ féministe mexicain à travers le prisme des organisations civiles mexicaines. La première partie examine la complexité diachronique qui a produit les politiques de genre actuelles et permis la globalisation des normes de genre depuis la fin des années 1980. Le rôle des grandes fondations philanthropiques, de leurs personnels et des organisations qui leur sont liées constitue le nexus analytique de la première section de la thèse. La construction d'un "champ du genre" est étudiée dans un double mouvement subsumant par le biais de l'étude des agents globaux, protagonistes des conférences onusiennes des années 1990, et celui de la déconstruction du champ des ONG mexicaines de lobying et "advocacy". La seconde partie permet, elle, de pénétrer au coeur des ONG et des centres de recherche sur les femmes et le genre de Mexico. Les questionnements portant sur le travail et la militance, l'appropriation entrepreneuriale de l'ONG et sa "forme entreprise" ou encore l'institution imaginaire du féminisme dans la société mexicaine, cette partie est plus le reflet des dires et des pratiques des salariées des ONG. La place faite aux entretiens et observations y marque la nécessité d'insérer les subjectivités et les représentations des actrices au coeur du processus de globalisation des normes de genre.
Making Gender. Undoing feminism. Philanthropy, population control and reproductive health NGOs in Mexico This work deals with hitorical connections binding global interventions developed by American philanthropic foundations on the one hand and Population Control organizations on the other hand. These governementality policies were connected to the ation of feminist movements regarding population issues and reproductive health. It is through a complex and tight framework of relationships and positions in several social fields that tese different actors produced the reform of population policies and brought new gender norms in the global agenda. Gender norms that materialize in local and national fields. Mexico is the country of an antrhopological study focusing on the agents, both transnational and local, that built this political revolution. Feminist organizations, academic research centers, reprodutive health organizations and donors were gathered in a sociological space of gender focused public policies and subcontracting NGOs. The impact this had, and still has, on Mexican feminist movements represents another part of the dissertation analyzing the rise of certain groups of institutional agents to the detriment of activists and "autonomist" feminists. Finally, the force and presence of feminism within Mexican society was evaluated through the dimenssion and concept of the imaginary institution of feminism in Mexico.