Épistémologies et écritures du corps postcolonial dans les œuvres de Gisèle Pineau, Malika Mokeddem et Jamaica Kincaid

Thèse de doctorat en Etudes de genre - Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis
Par Kamila BOUCHEMAL
Sous la direction de Nadia SETTI
Année de soutenance 2016

Résumé

Français Anglais
Cette thèse propose une nouvelle esthétique du corps féminin à travers l’analyse des textes de trois auteures contemporaines migrantes : Malika Mokeddem, Gisèle Pineau et Jamaica Kincaid. La lecture postcoloniale et féministe des trois auteures révèle les carences en corps. L’étude de leurs œuvres fait ressortir un corps en crise. Il y a donc urgence à l’historiciser, mais aussi un grand besoin de le réinventer.Cette thèse engage une réflexion épistémologique dans leurs textes, dans le but de re-travailler le corps. Il s’agit de mettre le corps féminin au cœur de l’Histoire, de le replacer dans la mémoire, de refaire les généalogies et renouveler les filiations, de réanimer le réseau féminin et révolutionner l’objet de transmission. L’analyse des mécanismes et outils de domination, aussi bien de genre que de race, nous permet de comprendre les différentes formes de résistance, et d’esquisser plusieurs stratégies de sortie.Ce travail propose finalement de renouveler le corps en détournant le pouvoir discursif et la rhétorique patriarcale et impérialiste, à travers un contre-discours, décolonisé et dépatriarcalisé. Ainsi que réinventer le corps en sortant de la dialectique du pouvoir, en ouvrant un espace/langue postcorps.
Epistemologies and writings of postcolonial body in works of Gisèle Pineau, Malika Mokeddem and Jamaica Kincaid // This thesis proposes a new aesthetic of the female body through the analysis of texts of three migrant contemporary authors: Malika Mokeddem, Gisèle Pineau and Jamaica Kincaid. Postcolonial and feminist reading of the three authors reveal a body deficiency. The study of their works shows a body in crisis. Therefore, it is urgent to historicize it, but also to reinvent it.This thesis undertakes an epistemological reflection in their texts, in order to re-work the body. It aims at putting the female body into History, replacing it in the memory, remaking the genealogies and renewing the affiliations, reviving the women’s network and revolutionizing the subject of transmission. The analysis of mechanisms and tools of race and gender domination, helps to understand the different forms of resistance, and to identify the different exit strategies. Finally this work proposes to renew the body by diverting the discursive power and the patriarchal and imperialist rhetoric, through a counter-speech, decolonized and depatriarchalized. And also reinvent the body out of the dialectic of power, opening a postbody space/language.
Mots clés
décolonial , Race