Construction de la catégorie identitaire de "femme mariée à un étranger" dans la société sud-coréenne : de son émergence à la naissance de la Fédération World-KIMWA (1945-2006)

Thèse de doctorat en Anthropologie sociale - EHESS
Par Kyung Mi KIM
Page personnelle
Sous la direction de Alexandre GUILLEMOZ
Année de soutenance 2012
T.H. avec félicitations du jury à l’unanimité

Résumé

Français Anglais
Marginalisées depuis longtemps dans la société sud-coréenne sous l’étiquette de « prostituées aux Occidentaux », les femmes coréennes ayant un conjoint étranger et émigrées dans le pays de celui-ci sont parvenues à créer, en 2006, la World Federation of Korean Inter-Married Women’s Association (World-KIMWA), suite à leur rassemblement annuel, le « Congrès international des femmes coréennes mariées à des étrangers ». Inscrit dans un programme d’action de l’Overseas Koreans Foundation (OKF), institution gouvernementale chargée des politiques sur les Coréens résidant à l’étranger, ce Congrès apparaît comme un lieu à la fois d’institutionnalisation de la catégorie « femme mariée à un étranger », et de reconstruction des stéréotypes de cette catégorie qui consiste à lutter contre la discrimination subie par ces femmes et, par la suite, à propager la nouvelle appellation « femme de famille multiculturelle ». Cette recherche explore les logiques sociales et politiques de ce recadrage des représentations sociales à l’égard des femmes coréennes mariées à un étranger, de son émergence à la naissance de la Fédération World-KIMWA (1945-2006), en s’articulant autour des questions suivantes : comment la désignation de ces femmes sous le nom péjoratif de « prostituée à un Occidental » s’est-elle substituée, au cours des années 2000, à la nouvelle appellation de « femme de famille multiculturelle » dans la société coréenne ? ; comment un groupe social politiquement inexistant avant 2005 est-il devenu l’objet de catégorisation dans la politique du gouvernement sud-coréen ? ; si la création de la Fédération World-KIMWA est l’incorporation subjective de cette catégorisation normative, comment cette Fédération entreprend-elle l’identité de ce groupe ?
Long marginalized in South Korean society under the label “prostitutes to western men” (yang kongju), Korean women married to foreigners and having relocated to their husband’s country created in 2006 the World Federation of Korean Inter-Married Women’s Association (World Federation-KIMWA), following their annual meeting, the International Congress of Korean Inter-Married Women. This Congress, which is part of a programme of action of the Overseas Koreans Foundation (OKF), a government agency in charge of policies dealing with overseas Korean nationals, appears to be a place where the category “woman married to a foreigner” (kukche kyŏrhon yŏsŏng) is institutionalised and where the stereotypes attached to this category are reconstructed; its aim is to fight discriminations suffered by these women and, subsequently, to promote a new designation, “woman of multicultural family” (tamunhwa kajok yŏsŏng). This thesis explores the social and political logics of this reframing of social representations of Korean women married to foreigners, from its emergence to the creation of the World Federation-KIMWA (1945-2006), focussing on the following questions: how was substituted, during the 2000s, the derogatory designation of these women as “prostitutes to western men” by the more neutral term “woman of multicultural family” in Korean society?; how did a social group, with no political existence before 2005, become the subject of a categorization in the South Korean government policy ?; and if the creation of the World Federation-KIMWA consists in the subjective incorporation of this normative categorization, how did the Federation take the group identity ? In order to understand the complexity of such a process, this thesis attempts to set up a space of production of the category “woman married to a foreigner” where it becomes possible to observe how various institutional actors present their competing offers as producers of norms and ideologies concerning the identity of Korean women married to foreigners.