Carrières des femmes cadres et plafond de verre au Maroc : quelques enseignements à partir du secteur de la grande distribution

Thèse de doctorat en Gestion - Université Paris 13
Par Abdessamad Rhalimi
Sous la direction de Camal GALLOUJ
Année de soutenance 2017

Résumé

Français Anglais
L’objectif de notre thèse est de comprendre et d’expliquer les facteurs et les mécanismes qui seraient à l’origine du plafond de verre entravant l’ascension hiérarchique des femmes vers les niveaux hiérarchiques les plus élevés des organisations au Maroc. Pour ce faire nous avons mobilisé l’approche holistique GOS (Genre-Organisation-Système), et avons adopté une démarche quantitative basée sur une enquête dans le secteur de la grande distribution, précédée d’une étude qualitative exploratoire. Nos résultats montrent que même si les cadres marocaines sont aussi ambitieuses que leurs compères masculins, elles n’hésitent pas à s’autocensurer pour pouvoir concilier vie familiale et vie professionnelle. Ce tiraillement entre les deux rôles s’exacerbe en présence d’enfants en bas âge. Par ailleurs, les stéréotypes de genre « think manager, think male » ne semblent pas affectés l’avancement hiérarchiques des femmes, puisque les entreprises semblent valoriser leurs qualités, leurs compétences et leur leadership.
The aim of this thesis is to understand and explain factors and mechanisms at the origin of the glass ceiling that impedes upward mobility of women in the career hierarchy in organizations in Morocco. To investigate this matter, we used the holist GOS (Gender-Organization-System) approach. We adopted a quantitative method based on a survey in the retail sector. Before that, we conducted an exploratory qualitative survey. Our results show that even if women executives are as ambitious as their male counterparts, they tend to temper their ambitions in favor of their work-life balance. This is even more ambivalent in the presence of young children. Moreover, gender stereotypes such as « think manager, think male » don’t seem to be influenced by the hierarchical progress of women, since firms tend to value their skills competences and their leadership.