Sexualité et soins (Genre, Sexualité, Santé)

L’équipe Sexualité et soins (Genre, Sexualité, Santé) fait partie du Centre de recherche en épidémiologie et santé des populations - CESP

Sexualité et soins (Genre, Sexualité, Santé)

Présentation
Les travaux de l’équipe portent sur la santé sexuelle et reproductive, définie par l’OMS comme un processus continu de bien-être physique, psychologique et social associé à la sexualité, et qui concerne divers aspects : contraception, avortement, infections sexuellement transmissibles, VIH, dysfonctions sexuelles, violence, ménopause, troubles pelviens, cancers génitaux, identités de genre, etc...

Les recherches s’appuient sur une problématique générale d’analyse des inégalités sociales, dans un contexte de médicalisation croissante de la sexualité, qui privilégie une approche en termes de rapports sociaux, de genre en particulier mais aussi de classe, de génération, d’origine géographique et de rapports médecin/patient. Les travaux de l’équipe se structurent autour de trois pôles :

  • Sexualité et santé sexuelle et reproductive : (Caroline Moreau et Nathalie Bajos) analyse les pratiques et les représentations dans le domaine de la sexualité, de la reproduction (contraception, avortement) et de la prévention des IST et du VIH, en population générale, chez des personnes en situation de précarité sociale et chez des patients
  • Prise en charge, accès aux soins en santé sexuelle et reproductive (Virginie Ringa, Laurent Rigal et Alain Giami) s’intéresse aux parcours d’accès au système de soins et à la variabilité des pratiques médicales
  • Santé sexuelle et médicalisation de la sexualité (Alain Giami et Pierre Moulin) étudie les rapports entre la sexualité, la santé, la médecine et les droits humains dans les sociétés contemporaines avec une attention sur les groupes les plus vulnérables.

Les recherches s’inscrivent dans des approches pluri-disciplinaires à partir d’enquêtes quantitatives (transversales et de cohorte) et qualitatives (entretiens, focus groups et ethnographies). Elles portent sur la population générale, sur des personnes malades, vulnérables ou en situation de précarité sociale, et sur les professionnels de santé. Elles sont conduites en France et d’autres régions du monde (Europe, Etats-Unis, Amérique latine, Afrique du Nord et Afrique sub-saharienne) dans une perspective de comparaison des pratiques en santé sexuelle et reproductive et des pratiques professionnelles dans différents contextes sociaux et systèmes de santé

L’équipe comprend 25 personnes dont 4 chercheurs statutaires Inserm, 8 doctorants et post-doctorants, un ingénieur d’études, deux assistantes de recherche et des ingénieurs contractuels.

  • Directeurs : Alain Giami, Virginie Ringa